Visiter Nis (Serbie)

L’étape suivante de ce roadtrip des Balkans, c’était Nis. Pour ceux qui se demandent pourquoi, c’était tout simplement parce qu’il me semblait que c’était une ville intéressante historiquement (et aussi parce qu’elle était sur ma route).

Visiter Nis, Serbie, une ville historique ** #Nis #Serbie

Nis (qu’on ne prononce pas comme Nice mais plutôt Niche) est l’une des (voir la) plus anciennes villes des Balkans : dès l’âge de Fer, un peuple y vivait (les Thraces). Conquise bien après par les Romains, trois empereurs y sont nés : Constantin le Grand, Constance III et Justin 1er. Ensuite, elle est devenue tour à tour byzantine, serbe, bulgare, ottomane puis à nouveau intégrée au Royaume de Serbie.

Je sais qu’on n’est pas sur un blog d’histoire et je ne veux pas t’assommer de dates et de noms, mais ça me semblait important de faire un petit point parce que, je ne sais pas toi, mais quand je débarque quelque part, j’aime bien comprendre ce que je regarde et ce qui fait qu’un endroit est comme il est.

Que voir à Nis ?

Comme d’habitude, tu commences à le savoir, je n’avais pas préparé grand chose. J’ai plutôt été demander autour de moi, à mon arrivée, ce que je devais faire en ville pendant 2 jours.

J’ai bien aimé que les anciens bâtiments soient intégrés au moderne comme par exemple les centres commerciaux construits dans les vieilles rues.

Nis, Serbie ** #Serbie #Nis

Du street art

Tu le sais, quand j’arrive quelque part, je pars souvent à la chasse au street art. Mais à Nis, je l’ai trouvé par hasard car je ne pensais pas qu’il y en avait. En faisant le tour de la synagogue, je suis tombée dans une petite rue adjacente aux murs colorés, et j’ai adoré !

Street art à Nis, Serbie #Serbie #Nis

Synagogue à Nis, Serbie #Serbie #Nis

La forteresse de Nis

Si tu aimes la vieille pierre, tu vas aimer la forteresse de Nis qui se tient là depuis le milieu du 2ème siècle. Le truc c’est qu’elle a souvent été détruite et reconstruite. Celle qui est debout aujourd’hui est d’architecture Ottomane et date du 18ème siècle.

A l’intérieur du parc il y a des bâtiments bien plus anciens : un hammam du 15ème siècle (c’est un restaurant maintenant), la mosquée Bali-Bay (1521) … la balade est agréable, à l’ombre surtout quand il fait chaud !

Forteresse de Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

Forteresse de Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

Forteresse de Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

Forteresse de Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

Forteresse de Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

Les églises

On est en Serbie donc les lieux de cultes, j’en avais déjà parlé : ils sont partout.

Et c’est tant mieux car leur architecture est superbe.

Ma préférée c’était la Church of the Holy Emperor and Empress Helen (c’est long comme nom). J’aime bien ses couleurs et ses rayures on dirait qu’elle porte un pyjama 🙂

Cathédral de la Descente du Saint Esprit et de la Sainte Trinité à Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

Church of the Holy Emperor and Empress Helen Nis Serbie ** #Serbie #Nis

Church of the Holy Emperor and Empress Helen Nis Serbie ** #Serbie #Nis

Eglise Saint Nicolas, Nis Serbie ** #Serbie #Nis

Eglise Saint Nicolas, Nis Serbie ** #Serbie #Nis

Le camp de concentration Crveni Krst

Je ne vais pas te cacher : je suis un peu chochotte sur les bords, et visiter des endroits « difficiles » comme par exemple les camps de concentration, j’ai du mal. Le débat n’est pas de dire si oui ou non cela peut être visiter. Pour moi, tout lieu historique doit être « visitable » même s’il s’est passé des choses horribles car justement, il faut entretenir la souvenir.

Mais justement, ce genre d’endroit c’est un peu trop « fort » pour moi. Je savais qu’il y avait un camp de concentration, et j’ai décidé d’y aller, en me disant que si finalement je ne le sentais, je n’entrerai pas et puis c’est tout.

Finalement, je suis rentrée, et je l’ai visité. A l’intérieur, il y avait des expositions pour expliquer ce qui se passait à l’époque et comment ce camp était utilisé (c’était plus un camp de prisonniers, et non d’extermination) (mais bon quand même, je sais).

Pour la petite histoire

C’était le premier camp de concentration nazi en Yougoslavie. En 1942, des prisonniers se révoltèrent et purent s’évader : c’était des communistes proches de la mouvance de Tito.

Nis a été libérée des nazis en octobre 1944.

Le moment où j’ai cru avoir la preuve que les fantômes existaient

Je suis donc arrivée au dernier étage, et à gauche de l’escalier se trouvent 3 pièces en enfilade. Je veux dire par là qu’il faut traverser la première pour aller dans la deuxième, puis dans la troisième. Je rentre, je regarde. J’arrive au bout de la troisième pièce, où il y avait des cellules, portes ouvertes.

Au bout d’un moment, je décide de ressortir. Je précise que j’étais absolument seule dans le camp, il n’y avait pas d’autres visiteurs.

D’un seul coup j’entends des bruits de pas. Je me dis que peut être, d’autres visiteurs sont là et sont en train de monter les marches. J’étais dans la pièce du milieu, et si je ne voyais ps l’escalier, je pouvais toujours voir si quelqu’un allait entrer ou non dans la première pièce face à moi.

Personne. Quelques secondes… toujours rien. Mais toujours des bruits de pas. Et des voix, vraiment proches de moi. Je regarde autour de moi, je ne vois évidemment rien… et dans la troisième pièce, celle des cellules qui était donc derrière moi, j’entends une porte qui claque.

Alors là dans mon cerveau tu imagines que c’est le bordel : une part de moi disait « mais naaaan n’importe quoi arrête tes conneries » et une autre part, celle qui croit aux fantômes sans jamais en avoir eu la preuve, se dit « putain mais en vrai c’est réel sa mère ».

J’te cache pas, j’ai eu peur. Mais vraiment, super peur. Mais pas la peur panique qui te fait faire n’importe quoi, celle qui te paralyse sur place, qui t’empêche de partir en courant. J’avais toujours cette petite voix qui disait « retourne dans la pièce, tu verras bien que toutes les portes sont ouvertes, il n’y en a pas une qui s’est fermée » mais toujours l’autre qui répondait « ouais, et si y’en a une qui a claqué, tu fais quoi ? »

Ou pas

Finalement, je me suis mis un coup de pied aux fesses, et j’ai décidé de rejoindre les escaliers pour sortir d’ici, en me forçant à ne pas courir, à ne pas paniquer, juste je voulais sortir. Et en repassant dans la première pièce, qu’est-ce que je vois que je n’avais pas vu en entrant ?

Un p%¨:* de haut-parleur qui diffusait des bruits « d’ambiance » de l’époque qui devait se déclencher à intervalles réguliers. Ah j’avais l’air maligne maintenant, à avoir cru que j’avais eu la preuve irréfutable que les fantômes existaient !

Camp de concentration Crveni Krst à Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

Camp de concentration Crveni Krst à Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

Camp de concentration Crveni Krst à Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

Camp de concentration Crveni Krst à Nis, Serbie ** #Nis #Serbie

En conclusion

Si vous visitez la Serbie, passez par Nis, et venez rencontrer les fantômes du passé. C’est une ville intéressante, très actuelle et dynamique, et qui permet aussi d’en apprendre plus sur l’histoire de la région.

Où dormir à Nis

J’ai choisi le Nis City View* qui se trouve sur les hauteurs de la ville. Si la vue est sympa, il faut préciser que monter la côte par 40°C ça fait transpirer un peu 😀 Sinon rien à dire sur la qualité du service et de la chambre, et je précise pour les roadtrippers qu’il y a un grand parking juste devant, gratuit.

*Lien affilié

Vue sur Nis, Serbie ** #Serbie #Nis

Pour aller plus loin : tous les articles sur la Serbie


Epinglez cet article sur Pinterest :

Visiter Nis, Serbie, une ville historique ** #Nis #Serbie

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer