Travailler en Europe

Tu le sais, mon mode de vie depuis quelques années c’est de passer de pays en pays. Parfois je ne fais que visiter, parfois j’y reste plus longtemps. Tu fais peut être partie de ceux qui se demandent comment je fais pour prolonger le voyage encore et encore ? C’est simple : je travaille ! Mais je ne rentre pas chez moi entre temps : je travaille dans les pays où je suis, plus ou moins longtemps, et je repars. D’ailleurs, je ne sais plus trop où c’est « chez moi ».

Bref, tu l’auras compris : je travaille et je voyage. On peut aussi dire « je travaille pour voyager », c’est presque pareil.
Mais comment je fais ? Et est-ce que tout le monde peut le faire ? Bon, c’est pas de tout repos, mais oui, tout le monde peut le faire. Même toi, oui oui.

S'expatrier et travailler en Europe ** #Expatriation #Europe

Qu’est-ce que tu veux vraiment ?

Certains s’expatrient sur le long terme et ont un projet professionnel bien arrêté.

Pour moi, c’est différent : je ne sais jamais à l’avance combien de temps je vais rester dans un pays (sauf quand il s’agit d’un voyage pur et simple). De même, je n’ai pas une idée précise du job que je vais exercer, sauf si je l’ai trouvé avant d’arriver.

En fait, les deux questions à se poser sont les suivantes : est-ce que la durée de ton séjour dans le pays est importante pour toi ou tu verras sur place ? Et est-ce que tu es regardant.e sur le job ou tu veux juste renflouer ton compte en banque pour continuer à voyager ?

Travailler en Europe, Liverpool ** #Liverpool #expat

Trouver un job

Contrairement à ce que l’on peut penser avant de se lancer, il n’est pas si difficile de trouver du boulot dans un autre pays. Bien sûr, plus tes exigences de poste, de salaire ou d’endroit sont élevées et moins ça va être rapide à moins d’un coup de bol.

Je te conseille de commencer par les sites d’intérim. Personnellement je passe souvent sur Manpower. Je ne sais pas si ce sont les leaders en Europe mais en tout cas ils ont toujours eu, pour moi, les annonces les plus sérieuses et sont présents partout où j’ai cherché du boulot. Garde en tête que ce sont 90% du temps des annonces pour des CDD et que cela ne débouchera pas forcément sur un CDI ou une prolongation.

Le deuxième site que je recommande c’est le pôle emploi international.

Edité par Pôle Emploi, il regroupe lui aussi des offres d’emploi réparties par pays.

Travailler en Europe, Liverpool ** #Liverpool #expat

Utilise tes atouts !

Fais jouer tes qualifications, diplômes, expériences … qui t’aideront à trouver un job. Certaines compétences sont très utiles, et je pense particulièrement aux langues étrangères. Si tu en parles plusieurs, bingo ! Je n’en parle que 2 (ma langue maternelle et l’anglais) et même si c’est « peu » cela m’a déjà ouvert quelques portes. Notamment dans les jobs de relations clients.

Qu’on s’entende bien : travailler dans un centre d’appels ou traiter les plaintes par emails ce n’est pas le truc le plus excitant. Mais comme on dit ça paye les factures et la prochaine étape du voyage, alors pourquoi pas ! Pour cela, je recommande le site Top Language Jobs.

Vérifie où tu vas mettre les pieds

Avant de t’emballer et de boucler tes valises, fais quelques recherches sur l’entreprise que tu vas rejoindre. Le moyen le plus efficace que j’ai trouvé c’est de rejoindre un groupe Facebook de français qui vivent déjà là où tu veux aller. Par exemple, à mon arrivée à Liverpool j’ai rejoint « Français à Liverpool ». Là tu pourras demander si d’autres ont travaillé pour cette entreprise et si c’était bien ou cauchemardesque. Cela pourra t’éviter pas mal de déconvenues !

Travailler en Europe : visa ou pas visa ?

La beauté de l’Union Européenne c’est qu’à part quelques papiers faciles à faire tu n’auras pas besoin de demander un visa de travail ou de séjour. La plupart du temps tu n’auras besoin que d’un numéro de sécurité sociale. Et d’un compte en banque, à moins que tu n’aies une banque en ligne. Si tu es dans un pays hors de la zone euro tu devras certainement ouvrir un compte dans une banque locale. Encore une fois, prends le temps le temps de te renseigner avant de choisir, auprès des expats ou même des locaux. A San Francisco j’ai demandé au gars qui m’avait fait passer l’entretien d’embauche son avis. N’aie pas peur de demander, la majorité des gens sont heureux d’aider.

Mon parcours

Comme je te l’ai dit au début de l’article, il y a une différence entre chercher un petit job et avoir un « vrai » projet d’expatriation. Je me situe dans la première catégorie : je cherche des jobs dans ma branche mais je ne me limite pas qu’à ça. Le but est de décrocher un job, pour continuer à prolonger le voyage, rester à l’étranger.

Travailler en Europe, freelance ** #Freelance

Quand j’ai quitté la France (et mon CDI au passage) je suis devenue auto-entrepreneuse. Je ne te cache pas que le petit revenu que j’en tirais était certes suffisant pour voyager dans des pays au niveau de vie inférieure à la France, mais pas à San Francisco où les loyers sont les plus chers des USA ! J’ai donc pris la décision de continuer à travailler disons « périodiquement » quand il fallait assurer le loyer et économiser pour la suite. Mes revenus d’indépendante auraient pu suffire à vivre mais je voulais plus : le but était de ne pas rester « coincée » quelque part mais d’avoir les moyens de continuer à bouger. C’est ainsi que j’ai pu enchaîner San Francisco, l’Ecosse, le Portugal, les Balkans, Liverpool … à chaque fois plus ou moins longtemps, en 100% freelance comme au Portugal ou moitié-freelance moitié-salariée comme ici à Liverpool.


Epinglez cet article sur Pinterest :

S'expatrier et travailler en Europe ** #Expatriation #Europe

EnregistrerEnregistrer