Roadtrip dans les Balkans – Carnet de voyage 11

Je suis déjà en train d’écrire l’avant-dernier carnet de voyage. Je n’arrive pas à y croire ! la semaine prochaine, je serai rentrée. Comme d’habitude, je n’ai rien vu passer. Je ne réalise pas trop ! Cette semaine, ce sont 3 pays qui se sont succédés plutôt rapidement, avec deux endroits qui m’ont coupé le souffle : Plitvice en Croatie et Bled en Slovénie.

Roadtrip dans les Balkans - Carnet de voyage 11

Cette semaine a été riche en émotions différentes. Et tout cela, rythmé par un temps qui a décidé de passer d’un extrême à l’autre. Je ne sais pas ce qui se passe, mais j’ai l’impression qu’en quelques jours on est passé de la canicule à l’hiver, sans transition. Depuis que je suis partie de Banja Luka pour Plitvice, il pleut et il fait froid, j’ai ressorti mes sweat shirt. Je pense que c’est à peu près pareil en France (en tout cas en région parisienne) mais franchement ça fait trop bizarre. Ca fait un peu la meuf jamais contente (lol) mais quand je disais que 42°C c’était trop, c’était pas pour avoir des gelées matinales non plus ! Mais bon… finalement, cela demande les mêmes ajustements que quand il faisait aussi chaud qu’en enfer mais en sens inverse.

Lundi était une dernière journée pluvieuse à Banja Luka. Comme je l’avais dit dans mon précédent carnet, ce n’est pas une ville immense. Donc à part un petit tour rapide en centre-ville je n’ai pas fait grand chose et j’ai préparé mon départ du lendemain.

Mardi, matinée de folie

Mardi… ah purée, cette journée a commencé en fanfare. Je me suis levée après une nuit très pluvieuse, il faisait humide, froid… oui, après 2 mois à répéter à quel point il faisait chaud (oui, 40°C j’appelle ça chaud) eh bien j’ai eu froid. Dans la chambre, il y avait un radiateur qui datait de mathusalem. Je ne lui faisait pas trop confiance, mais je me suis dit que pour 5 mn le temps de m’habiller, ça irait.

Quelle idée j’ai eue. Avant tout je tiens à préciser que rien ne touchait le radiateur, que je n’avais pas posé de vêtement dessus, tout ça tout ça. Donc je l’ai branché, et je suis sortie 3 minutes. Sérieusement j’ai refait le scénario 10 fois dans ma tête, et j’en arrive à la même conclusion : je ne suis pas partie plus longtemps que ça. Je suis allée à la cuisine, j’ai mis en route la machine à café et je suis allée faire pipi (de rien pour les détails).

Ca sent le cramé non ? Et ce bruit, ce ne serait pas … ?

Je ne sais pas ce qui m’a alertée en premier : le bruit des crépitements ou l’odeur de brûlé. Je me suis ruée hors de la salle de bain, et là le gros moment de solitude : la porte de la chambre commençait à cramer, je l’ai pousée et j’ai vu que mon pull posé sur mon sac prenait feu aussi. Un t-shirt accroché au porte-manteau de la porte était déjà en cendres.

Encore une fois, ni le sac, ni le pull ni rien ne touchaient le radiateur ! Passée la seconde de surprise, j’ai arraché le pull de mon sac avant que tout le reste de mes affaires ne crame, je l’ai jeté dans la douche, j’ai débranché le machin et j’ai couru chercher des récipients d’eau pour éteindre les flammes. Je suis encore surprise quand je repense à mon calme, j’ai éteint le feu tranquille sans paniquer alors que bon… le feu ça me fait vraiment flipper !

Panique à retardement

C’est après que j’ai eu un moment de panique : en 3 minutes, j’ai eu 3 vêtements de brûlés et le début de la porte. C’est hyper rapide ! J’aurai pu décider de prendre ma douche, ce qui fait que j’aurai eu le dos tourné pendant 10 minutes. Je ne sais pas comment j’aurai retrouvé la chambre. Je ne sais pas si j’aurai entendu ou senti la fumée aussi vite. Si le pull avait continué à brûler sur mon sac, c’est toutes mes fringues qui auraient pris feu, puis les rideaux, puis les draps…

Bon, ça n’est pas arrivé, donc on n’y pense plus. Mais par contre je n’étais pas chez moi mais en airbnb. Maintenant il faut régler le souci avec la propriétaire. Evidemment j’étais toute seule dans la maison et je n’ai aucun moyen de prouver que je n’y suis pour rien. Surtout que je n’ai rien vu, je ne sais pas comment le feu est parti. Pour moi, c’est du radiateur, qui s’est ensuite propagé au pull et à la porte. Enfin on verra si on trouve une solution avec la propriétaire, sinon on fera intervenir Airbnb.

Remise de mes émotions, je suis partie de Banja Luka plus légère d’un pull, d’un t-shirt et d’une culotte (mais pas de mon doudou qui était posé sur le lit. Si je l’avais perdu la vérité c’est la propriétaire du airbnb qui payait 😀 ).

De Banja Luka à Bihac, puis à Plitvice

Je devais me rendre à Plitvice en Croatie, avec un arrêt à Bihac (ça se prononce Biatch, oui bon j’ai ri pardon). On m’avait vanté des chutes d’eau. Sauf qu’il pleuvait à torrents, et que quand je suis arrivée, j’ai eu du mal à les trouver (et la flemme de chercher ouais c’est vrai). Du coup je suis partie direct en Croatie, j’ai passé la frontière en 10 minutes chrono et Plitvice était juste derrière.

Le logement est dans un petit village paumé, j’ai eu peur de galérer à le trouver car même le GPS ne le localisait pas. Mais j’ai utilisé un truc inédit : les panneaux ! En les suivant, j’ai réussi à ne pas me perdre, et c’est assez rare pour être mentionné. Le logement est super bien ! J’ai été super bien accueillie, la famille est adorable même s’ils ne parlent pas un mot d’anglais.

Par contre ils parlent allemand… mon allemand date du collège, mais j’arrive à comprendre certains trucs ahah!

Le parc national de Plitvice

Mercredi et jeudi, je suis allée au fameux parc national de Plitvice. Il se trouve à une dizaine de kilomètres de la maison, et c’est super facile à trouver (c’est tout droit !).

Aloooors comment dire ? Oui, c’est très touristique et très fréquenté. Mais ça ne m’a pas trop dérangée, j’étais tellement dans mon truc que j’ai fait abstraction. Par contre, on m’avait conseillé d’y aller tôt pour éviter la foule, donc je me suis pointée à 8h. Hum. En même temps que 3 cars de touristes.

J’ai halluciné même, car les touristes chinois qui s’y trouvaient sont sortis en courant du bus pour se ruer à l’entrée… tout le monde était atterré ! Dans le parc, sur les passerelles à fleur d’eau, ils doublaient limite bousculaient les gens pour passer devant, parlaient fort… ça j’ai eu du mal à faire abstraction je l’avoue. J’ai choisi de les laisser partir devant et de les laisser me semer.

Le deuxième petit désavantage d’y avoir été tôt, c’est qu’il faisait très gris, brumeux et même froid. Le temps s’est beaucoup découvert vers 10h30, donc je me suis dit que quitte à se taper la foule, autant qu’il fasse beau : le lendemain, j’y suis retournée à 10h.

Parc national de Plitvice, Croatie

Mon vertige a été mis à rude épreuve !

Dans le parc, on circule sur des passerelles en bois au-dessus de l’eau.

Mais pas très haut, juste à fleur d’eau. Alors pourquoi j’avais le vertige à certains moments, me demanderez-vous ! Parce que mes peurs sont irrationnelles (je le sais très bien) et aussi parce que parfois, l’eau bouge en-dessous de nos pieds : ce ne sont pas toujours des lacs, c’est parfois de petites cascades et parfois j’avais l’impression de perdre l’équilibre. Je me sens tellement idiote en écrivant ça, mais c’est vrai ! Alors en plus quand les gens couraient sur les passerelles pour doubler tout le monde, franchement, l’idée de renoncer m’a effleurée LOL !

Parc national de Plitvice, Croatie

Parc national de Plitvice, Croatie Parc national de Plitvice, Croatie

Le billet 2 jours

L’entrée coûte 120 kunas pour une journée, 180 pour 2 jours. Je me suis demandée si ça valait le coup d’y aller 2 jours. Avant de venir, je m’étais dit que le 2ème jour, j’irais plutôt en ville, voir ce qu’il y avait autour du parc. Mais au dernier moment, j’ai tout de même décidé de prendre le billet 2 jours. Et j’ai carrément bien fait ! Le parc est assez grand, je pense qu’on peut faire toutes les randos en une seule journée, mais vu que je divise les miennes entre visites et travail (à défaut de mieux) eh bien j’ai été contente d’avoir 2 jours dans le parc.

Bilan de Plitvice

Parfois, on entend tellement parler d’un endroit que quand on y va, on est un peu déçu. J’avais peur que cela m’arrive avec Plitvice. Mais pas du tout ! J’ai trouvé cet endroit tout simplement magique. Les lacs couleur émeraude, qui scintillent sous le soleil. La nature qui prend tout son relief sous un ciel nuageux (oui, j’ai eu tous les temps en 2 jours !). C’était génial, vraiment, je ne regrette pas !

L’entrée + le parking ont un coût, même si ce n’est pas si excessif (quoi que, pour la Croatie, peut-être). Mais comme je l’avais dit pour les cascades de Kravica en Bosnie, cet argent est plutôt bien utilisé : le parc est nickel. C’est très bien entretenu, très propre, il n’y a pas un papier par terre.

Parc national de Plitvice, Croatie

Parc national de Plitvice, Croatie

Tout est super bien indiqué !

Franchement si vous allez au parc, vous n’aurez pas besoin d’une carte. Ca tombe bien, je ne sais pas les lire ! Non mais sérieusement, dès que vous descendez de voiture au parking, vous n’avez qu’à suivre les panneaux. Vous êtes guidé jusqu’à l’entrée, jusqu’aux toilettes, jusqu’aux restos. Dans le parc, il y a plusieurs randonnées classées de la plus courte à la plus longue : une fois que vous avez choisi le parcours A, B, C, etc… vous n’avez plus qu’à suivre les passerelles. À chaque croisement, il y a des flèches qui indiquent les directions à prendre selon le parcours choisi. Sont également indiqués les endroits où vous pouvez prendre le bateau pour traverser.

Et si vous n’êtes pas sûr de savoir lequel il faut prendre, vous pouvez demander aux employés qui sont là : ils parlent anglais et vous expliqueront tout. Non, vraiment, la balade à Plitvice est un jeu d’enfant !

Parc national de Plitvice, Croatie

Parc national de Plitvice, Croatie

Parc national de Plitvice, Croatie

Sur les vues aériennes

En revanche, j’ai été surprise des vues qu’on peut avoir depuis les passerelles. Elles sont magnfiiques, évidemment, mais tellement différentes de certaines photos qu’on voit sur le net. Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas des drones. Je savais déjà que c’était vachement trompeur ces trucs-là, cela donne des points de vues, des images de certains lieux qui n’ont rien à voir avec ce qu’on va trouver en y allant nous-même. Donc bon ça fait de jolies photos ou vidéos, mais finalement ça ne reflète pas trop la réalité. Enfin… c’est juste mon avis ! Il n’en reste pas moins que le parc est magnifique même vu du plancher des vaches !

Parc national de Plitvice, Croatie

Parc national de Plitvice, Croatie

Parc national de Plitvice, Croatie

Parc national de Plitvice, Croatie

Parc national de Plitvice, Croatie

Vendredi, départ pour Opatija

Vendredi matin, il faisait un froid de canard, la vérité. Brumeux, pluvieux, un vrai temps d’automne avec des températures d’hiver, cela faisait longtemps. J’ai même ressorti la veste qui était enterrée dans mon coffre depuis 2 mois !

Je suis partie pour Opatija, sur la côte croate. J’ai évité Split, Durbovnik et compagnie : trop cher, j’ai préféré aller un peu plus haut.

J’ai fait toute la première partie de la route sous la pluie. Et soudainement, alors que je passais une montagne, le temps s’est découvert d’un seul coup, le ciel est devenu bleu, comme si j’avais laissé les nuages de l’autre côté. Impressionnant ! Et au même moment, la mer est apparue sur le côté, et la vue… Comme je le dis souvent, j’aimerais bien que mes yeux puissent prendre des photos parce qu’elle était à couper le souffle.

Heureusement, contrairement à d’autres pays comme l’Albanie (exemple pris totalement au hasard) (ou pas) il est possible de s’arrêter sur le côté en toute sécurité. Des accotements sont prévus pour ça, il y a même parfois des parkings.

Sur la route d'Opatija, Croatie

Sur la route d'Opatija, Croatie

Une fois n’est pas coutume, j’ai trouvé le logement du premier coup sans me perdre ! J’ai été encore une fois très bien accueillie par la famille. Dans la propriété se trouve un petit studio, vraiment petit d’ailleurs, mais pour une seule personne c’est suffisant. De la fenêtre, j’ai vu sur la mer. Le seul bémol, c’est qu’internet n’arrive pas jusqu’à la chambre.

Le wifi, source d’angoisse

C’est la 2ème fois cette semaine que j’ai des soucis de connexion internet. La première fois, c’était à Plitvice. Le premier matin, je me suis réveillée sans internet. Alors que ça marchait la veille. Sans déconner, j’ai failli faire une crise d’angoisse, du mal à respirer et tout ce qui va avec. Heureusement j’ai très vite réalisé ce qui m’arrivait et j’ai pu me raisonner en me disant très fermement à moi-même d’arrêter mes conneries (oui j’me parle un peu vulgairement des fois mais ça marche). Ce n’est pas tant de ne pas pouvoir trainer sur instagram qui me gêne (quoi que).

C’est plutôt que j’ai des clients qui s’attendent à ce que je m’occupe de leur page facebook, pinterest, et compagnie. Et l’excuse du « désolée j’étais à Plitvice et internet a planté pendant 2 jours » elle ne passe pas. Même si elle est vraie et que pour le coup, je n’y peux vraiment rien. Je m’efforce pourtant de toujours choisir des logements avec Internet, mais je ne peux pas savoir à l’avance si le wifi est faible, s’il ne va pas planter, si l’internet est rapide dans tel pays…

Par exemple, j’ai vraiment beaucoup galéré au Montenegro (l’internet était leeeennnnt à mourir) alors qu’en Bosnie il était au top.

À Opatija, donc, le wifi n’arrive pas jusqu’à mon studio. Selon le propriétaire, d’habitude ça marche très bien. Bah oui mais là ça marche pas ahah ! Le premier soir, je suis allée squatter la terrasse de la famille pendant une demi-heure histoire de mettre mon travail à jour. Mais bon ce n’est pas hyper pratique …

Heureusement il y a toujours une solution. Dans ces cas-là, ce n’est pas très pratique pour moi, mais l’important ce sont les clients et ils n’ont jamais été pénalisés (ni s’en sont rendu compte, hihi).

Visite d’Opatija

J’ai passé la première après-midi à arpenter la Franz Joseph I coastal promenade, qu’on appelle aussi la Lungomare. C’est un chemin qui suit le littoral et qui offre de très jolies vues sur la mer.

Je pensais que ce n’était pas hyper touristique, je me suis un peu trompée. Certes ce n’est pas envahi, mais il y a un nombre très important d’hôtels, guesthouses, appartements de vacances, etc… car Opatija est réputé pour son climat bienfaisant, ses Spa, son histoire. J’ai trouvé cette balade plutôt intéressante ! Malheureusement il a commencé à pleuvoir en début de soirée et cela ne s’est plus arrêté jusqu’au lendemain. J’ai juste pu aller me réfugier au restaurant, dîner, et rentrer presque en courant. « Presque », parce que le logement se trouve dans les hauteurs de la ville, et je n’ai pas pu tout remonter au pas de course. Je manque cruellement d’entraînement, je m’en rends compte quand j’en ai besoin lol !

C’est dommage car du coup, je n’ai pas pu visiter les petites ruelles qui zig-zaguent au-dessus de la promenade du littoral.

Opatija, Croatie

Opatija, Croatie

Opatija, Croatie

Opatija, Croatie

Dans la nuit, un gros orage a éclaté, je me suis dit que cela chasserait les nuages et que samedi, il ferait beau.

Raté.

Samedi, je me suis réveillée sous la pluie et ça n’a pas cessé jusqu’à 9h passées. Je me suis ruée dehors quand j’ai vu que cela s’était arrêté, et cela s’es maintenu jusqu’en début d’après midi. Ouf ! J’ai pu aller voir les petites ruelles que j’avais repéré et pousser jusqu’au centre-ville. C’est mignon, on dirait une ville du sud de la France ! Avec des boutiques, des cafés (beaucoup de cafés, comme souvent ici !), des hôtels … une station balnéaire quoi !

Opatija, Croatie

Opatija, Croatie

Opatija, Croatie

J’ai d’ailleurs repéré un petit café trop mignon en-dehors de l’avenue principale et c’est là que j’ai décidé de faire une pause. C’est pas que j’en avais besoin, mais il me plaisait trop ! Il y avait une liste interminable de sortes de cafés, j’ai choisi le café au lait de riz et chocolat …. j’avais envie de tester ! C’était surprenant, mais j’ai bien aimé.
En début d’après-midi, je suis rentrée, en priant pour que le wifi marche à nouveau à la guesthouse.

Encore raté.

J’ai chopé le propriétaire dans l’après midi, et il m’a dit que le technicien avait promis de passer, mais qu’il ne l’avait pas fait. Il doit passer lundi. Ca tombe mal, je suis partie dimanche. Cela veut dire que pendant 2 jours, j’ai utilisé le peu de wifi que j’avais en priorité pour mes clients, mais tout le reste, je n’ai pas pu avancer. C’est énervant, mais stresser n’y changera rien. Vu que j’essaie de toujours trouver un bon côté aux choses, je me dis que j’ai passé plus de temps à lire, moi qui me plaint souvent de ne pas avoir assez de temps pour lire plus d’un chapitre chaque soir (je m’endors trop vite mdr). En ce moment je re(re….)lis Harry Potter pour la millième fois depuis le début. Ceux qui me connaissent savent !

Samedi après midi, un autre orage aussi court que violent nous est tombé dessus. Je n’ai pas peur de l’orage, au contraire. Je peux rester devant la fenêtre toute la nuit s’il faut pour regarder les éclairs, écouter les coups de tonnerre… ma mère, ça la rend folle mdr ! Mais là, même moi je trouvais que c’était un peu fort. Je ne sais pas si c’est parce qu’on est au bord de la mer ? Ou si ça n’a rien à voir … ? Enfin en tout cas, j’étais contente d’être dedans et pas dehors, quand je voyais les trombes d’eau tomber !

Dimanche, direction Bled

J’ai quitté Opatija sous la pluie, encore. Mais la vraie grosse pluie hein, celle qui empêche de rouler à vitesse normale. Sinon c’est pas drôle ! J’ai passé à nouveau une frontière, celle qui mène en Slovénie. Cela a pris un peu de temps car on était nombreux, mais je reconnais bien là l’Union Européenne : les contrôles étaient bien plus courts qu’ailleurs !

Le temps a semblé s’éclaircir, côté Slovénie. J’ai traversé des villages trop mignons, qui me faisaient penser un peu à la Suisse, mais pas vraiment la Suisse. Et puis je suis arrivée à Bled, en même temps que l’orage qui m’avait rattrapée. Damned! Je crois que j’ai la poisse!

Merci l’accalmie

J’ai trouvé assez facilement le airbnb de Nina. J’ai croisé deux américains qui sont également en voyage dans les Balkans. Et puis quelques minutes après, miracle : il a arrêté de pleuvoir ! Je me suis ruée dehors sans demander mon reste, et l’accalmie a été assez longue pour que je fasse le tour du lac sans courir, avec de nombreux arrêts photos … Presque 3h de balade, j’étais aux anges !

Et franchement, le lac de Bled qu’est-ce que c’est beau ! Le ciel orageux s’est peu à peu dégagé, ne restaient que les nuages qui s’accrochaient aux montagnes et qui faisaient des reflets de dingue dans l’eau. Je me suis éclatée, j’ai pris plus de 300 photos (oui oui je me suis un peu lâchée !).

Lac de Bled, Slovénie

Lac de Bled, Slovénie

Lac de Bled, Slovénie

Lac de Bled, Slovénie

Lac de Bled, Slovénie

Finalement l’orage est revenu, donc je suis rentrée, mais je suis ravie. Même s’il pleut demain, j’aurai vu le lac de Bled sous son meilleur jour, alors tant pis !

Pour aller plus loin : relire tous les carnets de voyage de ce roadtrip dans les Balkans


Si vous avez aimé, vous pouvez épingler !

Roadtrip dans les Balkans - Carnet de voyage 11