Roadtrip dans les Balkans – Carnet de voyage 10

Cette semaine a été plutôt calme et studieuse. Ca arrive parfois ! En gros, je suis partie de Mostar, je suis allée m’enterrer à Bugojno et j’ai débarqué à Banja Luka. Et en détails… laissez-moi vous raconter !

Roadtrip dans les Balkans - Carnet de voyage 10

Mostar -> Medugorje -> Kravica

Lundi matin, j’ai donc quitté Mostar. La veille je n’avais pas pu aller voir les chutes d’eau de Kravica à cause de la pluie, j’ai donc décidé d’y aller ce jour-là. Cela ne faisait qu’un micro-détour sur la route de Bugojno où je devais me rendre.

En passant, je me suis arrêtée dans un village dont ma copine d’instagram KarlTravel m’avait parlé. Elle m’avait dit qu’il était « particulier ». Enfin, que son « ambiance » était particulière. Il ne faut pas me le dire 2 fois : premier arrêt, ce fut Medugorje.

Bon là, je me suis demandé ce qu’elle avait voulu dire par « particulier ». Parce que ce village l’est, sans aucun doute ! Mais je ne savais pas si elle l’avait dit dans un sens positif ou pas. Parce que moi, j’ai été assez mitigée. La première expression qui me vient pour le décrire, c’est « DisneyLand pour catholiques ». Ca va peut-être en choquer certains, mais c’est exactement ce que j’ai ressenti (désolée).

De la ferveur…

Ce village est apparemment connu pour son monastère et son églises (très beaux, au demeurant). Il y a une statue devant laquelle beaucoup de gens prient avec dévotion (la gardienne de la paix, ou quelque chose comme ça ?). Je suis en plus tombée pendant la messe, donc l’église était bondée, impossible d’y accéder. Des centaines de personnes y étaient compressées, et la messe (en italien, j’ai eu l’impression) était retransmise dans des hauts-parleurs.

Bien évidemment, je respecte tout cela. Ca me fait bizarre d’avoir à le préciser, mais je le fais pour ceux qui ne me connaissent pas : je respecte toutes les croyances et absence de croyance. Même si je ne crois pas, j’aime beaucoup assister aux messes / prêches : c’est souvent très instructif et intéressant.

Medugorje, Bosnie

Medugorje, Bosnie

… Et du fake

Sauf que là, il y a un truc qui m’a mise mal à l’aise. Voir les gens prier, dehors et dedans, avec énormément de ferveur ne m’a pas dérangée. Au pire je peux toujours m’éloigner. Non, c’est qu’à quelques mètres de là, il y avait la rue principale bordée de boutiques souvenirs. Et tous les souvenirs vendus étaient en rapport avec Jesus, la sainte dont la statue était devant l’église, etc… Ca faisait très « cheap » je ne sais pas pourquoi. Et il y avait des restaurants dont certains noms étaient connotés religieux. Ca faisait « on fait tous la queue pour entrer dans l’église et assister à la messe et ensuite on passe à la boutique avant d’aller manger ». Un peu comme à Disney où on fait la queue pour un manège ou la parade avant d’aller avaler un hamburger et finir à Main street dans les boutiques souvenirs.

Un peu comme ce parc d’attractions dont j’ai entendu parler, en Floride, sur le thème de la vie de Jesus.

Finalement, j’ai préféré partir…

…car je ne me sentais pas super à ma place.

Je me suis rendue aux chutes d’eau de Kravica. C’était à quelques minutes de voiture. Il faisait beau et chaud, donc vous imaginez que je n’étais pas la seule à m’y rendre. J’ai été surprise, l’entrée du site coûte 3€. Mais j’ai compris pourquoi en empruntant les chemins : c’est entretenu ! C’est la première fois depuis que je suis dans les Balkans que je vois un site naturel sans déchets par terre.

Parce que sans déconner, c’est sale ici. Dans le canyon de Matka en Macédoine, au bord des routes, dans des endroits magnfiques, c’est toujours gâché par la quantité de plastique et de verre qui se trouve par terre. Et combien de fois j’ai vu des gens jeter leurs trucs par la fenêtre de la voiture ou comme ça, en marchant. Ca me rend dingue. Mais là non, j’imagine donc que le prix d’entrée sert à ça, et j’ai été contente de payer !

C’était un bel endroit, assez fréquenté : les gens y viennent pour prendre le soleil et se baigner (même si l’eau est glacée). On peut y faire du kayak, il y a des cafés / petits restos aux alentours… C’est donc un endroit sympa pour passer la journée en famille ou entre amis.

Chutes d'eau de Kravica, Bosnie

Chutes d'eau de Kravica, Bosnie

Chutes d'eau de Kravica, Bosnie

Chutes d'eau de Kravica, Bosnie

Perdue dans les montagnes

Bon moi j’y ai pas passé la journée, j’avais encore un peu de route. Heureusement d’ailleurs que je n’ai pas trop tardé d’ailleurs car j’ai réussi à me perdre dans les montagnes. Je ne me suis pas perdue toute seule, hein, mon GPS m’a aidée. Il a voulu me faire prendre un raccourci mais la route était un chemin de pierres. Impraticable ! J’ai dû refaire tout le tour pour reprendre un autre chemin … bref, une heure de perdue ! Mais comme la vue était magnifique, ce n’était pas très grave. Ce qui est dommage, c’est que comme souvent, il était impossible de s’arrêter en toute sécurité pour prendre des photos. Des fois, j’aimerais bien que mes yeux puissent prendre des photos !

Heureusement la guest house n’a pas été trop difficile à trouver à Bugojno. En même temps vu la taille de la ville… c’est difficile de s’y perdre, c’est minuscule !

Route jusqu'à Bugojno, Bosnie

Route jusqu'à Bugojno, Bosnie

Bugojno, ou la pause durant le voyage

Je l’avoue, cette ville est plutôt quelconque. Ce qui m’a frappée, c’est le nombre de cafés qu’il y avait. Ils s’alignaient, les uns après les autres, le long de la rue piétonne. Et ils étaient tout le temps pleins, en tout cas à chaque fois que j’y passais. A des moments différents de la journée… Ce qui m’a fait demander « mais… les gens ne travaillent pas ? ». J’ai posé la question l’air de rien au propriétaire de la guesthouse, et il m’a répondu juste : « Non, beaucoup de gens ne travaillent pas ». Ah bon. Bah, ok.

Mais j’vous jure je bosse !

Du coup, à part pour aller manger ou prendre un petit café, j’ai passé beaucoup de temps à la guesthouse à bosser. La vie de freelance ! Je crois d’ailleurs que le propriétaire et l’autre personne qui y logeaient se demandaient ce que je fichais, dans le canapé quasiment toute la journée, ou à la terrasse des coffee shop (j’ai repéré ceux qui avaient le meilleur wifi). Ils se demandaient peut être si je ne passais pas mon temps à jouer !

Sur un coup de tête, j’ai décidé de refaire le design de mon autre blog (visiter-sanfrancisco.com) (enfin, je ne code pas hein, mais j’ai installé un nouveau template et j’ai tout réglé, ça prend du temps). Et j’ai aussi décidé de lancer le grand chantier du SEO sur les 2 blogs. Ca fait quelques semaines que j’y pense et que je repousse l’échéance, mais je sais pas, j’ai eu l’inspiration. Et c’est là que je me dis que j’aurai dû le faire il y a longtemps, avant d’avoir tout à reprendre. Mais bon, je me dis qu’au moins ça m’a fait passer le temps à Bugojno !

J’ai quand même trouvé du street art !

En me baladant sur un parking (lol, normal) mon oeil a été attiré par des murs de couleur. Et j’étais trop contente de trouver enfin un truc intéressant en-dehors des coffee shop !

Street art, Bugojno, Bosnie

Street art, Bugojno, Bosnie

Mosquée, Bugojno, Bosnie

Changement météorologique

Vous vous souvenez que pendant 2 mois je vous ai dit « Il fait une chaleur à crever » ? Il a souvent fait plus de 40°C, jamais en-dessous de 30°C.
Eh bien depuis lundi, j’ai froid ! Il fait 25°C et j’ai l’impression que c’est l’hiver, ça y est. Cela fait 2 mois que dans mon coffre de voiture, il y a un petit sac à dos avec 2-3 pulls, un sweat shirt… que je n’utilisais pas. J’ai dû aller les rechercher.

Jeudi, je suis même partie pour Banja Luka sous une pluie torrentielle. Ca a eu l’avantage de laver ma voiture !

Sur la route de Banja Luka, Bosnie

Banja Luka

Banja Luka, c’est la capitale de la république serbe en Bosnie. Oui, moi aussi ça m’a confusée au début. Et puis je me suis rappelée des explications données par la guide du walking tour à Sarajevo. Je vous résume rapidement si vous êtes curieux.

Un cours d’histoire en accéléré

La Bosnie-Herzégovine est composée de deux entités : la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine et la République serbe de Bosnie (ici ils disent « République serbe ». Evidemment c’est à ne pas confondre avec la République de Serbie (la Serbie quoi, le pays, dont la capitale est Belgrade).

En 1918 fut créé le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, soit la future Yougoslavie.

Avance rapide, on se retrouve au moment où les pays de Yougoslavie décident de faire sécession et de devenir indépendants. Quand la Bosnie-Herzégovine commence à manifester ce désir, la création d’une république serbe séparée est décidée. De plus, les serbes de Bosnie souhaitent rester yougoslaves.

Des assemblées qui s’opposent sur tout

Une Assemblée serbe de Bosnie s’oppose donc à l’indépendance et proclame la création des « provinces autonomes serbes ». Les serbes décident de rester dans la Bosnie-Herzégovine sous la forme d’un état commun mais tout en restant membre de la Yougoslavie. Et en 1992, l’Assemblée serbe de Bosnie déclare la création de la République des Serbes de Bosnie-Herzégovine. Ils ont leur drapeau, leur monnaie, leur hymne… Et bien sûr tout cela est jugé illégal et inconstitutionnel par la Bosnie Herzégovine. Cela conduit à une guerre civile et de sécession (entre 1992 et 1995).

Je vous passe les détails, c’est assez compliqué, mais à peu près toutes les parties se sont rendues coupables de massacres, nettoyages ethniques et autres joyeusetés de ce genre. Evidemment cela a provoqué un engrenage de vengeances, représailles, et à ce jour il reste difficile de vérifier qui a fait quoi et à quelle échelle.

Après le massacre de Srebrenica, l’OTAN décide enfin qu’on a assez déconné et que maintenant il va falloir se parler sérieusement et comme des êtres humains. On arrive en décembre 95 et aux accords de Dayton qui assurent, entre autres, la fin de la guerre et la reconnaissance de la République Serbe de Bosnie (territoriale et politique). Ceci dit, c’est la Bosnie-Herzégovine qui représente l’ensemble du territoire à l’international. Le terme « République de … » est juste … eh bien, un terme, puisque ce n’est en rien un pays indépendant. Ils ont tout de même un président, un parlement, un hymne, un drapeau… je vous avais dit que c’était compliqué !

Banja Luka dans les faits : c’est si différent ?

Personnellement en tant que « touriste » je ne vois aucune différence avec le reste de la Bosnie, en surface bien sûr. Je n’ai pas passé de frontière (juste un panneau signalant l’entrée en République serbe). La monnaie est la même, la langue, les gens… je ne vois aucune différence. En terme de population, ce sont les serbes qui sont majoritaires, mais les autres ethnies (bosniaque et croate) sont également présentes. J’imagine qu’en creusant un peu, on trouve des différences, des rancoeurs, des revendications… Et j’imagine que c’est normal, après tout on n’a pas vécu leur histoire donc on ne peut pas juger.

Et si les détails vous intéressent, je vous conseille de demander à Google… je vous ai dit tout ce que je savais, et il y a beaucoup d’autres dates et chiffres à connaître pour tenter de comprendre tout l’histoire.

Premier jour de visite entre les gouttes

Retour au carnet de voyage !

Vendredi matin, je me suis réveillée à nouveau sous la pluie. J’ai passé quelques heures en matinée à travailler en attendant que cela se calme, puis vers 11h j’ai profité d’une éclaircie pour courir dehors. Bon elle n’a pas durée, mais quelques petites gouttes n’ont jamais tué personne !

J’ai découvert une ville agréable. Il y a de l’architecture, des églises, des monuments… C’est plutôt joli mais cette première journée m’a laissée dubitative.

En fait j’ai eu plusieurs sentiments : c’est agréable, oui, mais minuscule pour une capitale. Je pense qu’on peut la visiter en quelques heures. Et je ne sais pas, on ne dirait pas une capitale. Certes, la république de Serbie en Bosnie est un statut particulier, mais je en sais pas, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus différent. Quoi ? J’en sais rien. Cela méritait une deuxième tentative samedi !

Deuxième jour sous le soleil

Ahhh là d’accord ! Banja Luka sous le soleil c’est autre chose : plus joli, plus animé… comme toujours en Bosnie (et dans les autres pays des Balkans remarquez) les terrasses des cafés sont remplies (et il y a beaucoup de terrasses). J’ai refait le même parcours que la veille, je suis allée jusqu’aux remparts du château. Puis j’ai marché le long de la rivière, pris des photos dans une flaque d’eau (j’ai passé 10 mn à me contortionner pour tenter la meilleure prise, j’espère que personne ne m’a vue). Et j’ai pris des photos le long de la rive car les arbres se reflétaient dans l’eau, c’était joli. Puis j’ai terminé l’après-midi dans un café. Une journée comme je les aime !

Bureau du Premier ministre, Banja Luka, République serbe, Bosnie

Holy Trinity Cathedral, Banja Luka, République serbe, Bosnie

Banja Luka, République serbe, Bosnie

Banja Luka, République serbe, Bosnie

Banja Luka, République serbe, Bosnie

Banja Luka, République serbe, Bosnie

Château, Banja Luka, République serbe, Bosnie

Château, Banja Luka, République serbe, Bosnie

Eglise Christ Saint Sauveur, Banja Luka, République serbe, Bosnie

Banja Luka, République serbe, Bosnie

Eglise Christ Saint Sauveur, Banja Luka, République serbe, Bosnie

Toute seule dans un musée… ça vous rappelle pas un film ?

Ah et il m’est arrivé un truc un peu WTF, pour changer. J’ai décidé de visiter le musée de la République de Serbie. Je me disais que j’allais en apprendre plus sur l’histoire de cette région, et vu son nom je pensais que c’était un musée assez fréquenté. Ahaha. Déjà j’ai eu du mal à le trouver (mais ça c’est parce que je ne suis pas douée). Ensuite, quand je suis entrée et que le monsieur m’a indiqué le chemin, je me suis rendue compte que j’étais seule. Dans un musée. C’était euh… un peu angoissant (ouais bon je suis un peu trouillarde parfois mais bon un grand musée et personne à l’horizon c’est bizarre non ?)

Le musée en lui-même ne m’a pas captivée… il retrace l’histoire du pays depuis la pré-histoire (mais s’arrête à la Seconde Guerre Mondiale) de manière chronologique mais c’est un peu monotone. On passe de photos en photos, parfois il y a des objets exposés… Mouais. J’avoue que je n’y suis pas restée longtemps ! Dommage ! (mais l’entrée est gratuite pour info !).

Musée de la République de Serbie, Banja Luka, Bosnie

Dimanche, chasse impromptue au street art

Eh oui, encore ! Pas très loin de mon airbnb se trouve un groupement de bâtiments avec une école, un terrain de sport… en passant devant dimanche matin, sur le chemin de mon 2ème café de la journée, j’ai repéré des couleurs sur les murs. Ni une ni deux, j’ai abandonné l’idée du café et je me suis perdue dans les dédales des rues, parking et terrains de basket. Beaucoup de murs étaient ornés de fresques, la plupart dédiées au football. Je ne peux pas lire ce qu’il y a d’écrit, mais les dessins de ballon sont faciles à comprendre !

On était dimanche mais beaucoup de cafés étaient ouverts et notamment la boulangerie que j’avais repérée et que j’avais envie de tester. Verdict ? Pas mal, mais par contre les prix sont imbattables. Manger pour moins d’1€ y’a qu’ici que c’est possible. J’ai emporté des muffins en rab pour le goûter !

Et puis comme je ne fais pas que voyager mais aussi travailler (je le répète souvent, mais on me souhaite toujours de « bonnes vacances » alors que …) je suis rentrée « à la maison » et me voici en train de vous écrire. Entre autres choses à faire !

Street art, Banja Luka, République serbe, Bosnie

Street art, Banja Luka, République serbe, Bosnie

Street art, Banja Luka, République serbe, Bosnie

Conclusion sur Banja Luka

Bon il me reste encore demain pour aller me balader. Mais j’ai déjà fait 2 fois le tour de la ville ! En effet, elle est minuscule et on peut explorer le centre en une demi-journée. Ceci dit je la trouve agréable, même si ce n’est pas indispensable d’y passer 5 jours non plus. Perso je suis contente d’y avoir pris mon temps, même si parfois j’ai du mal à déculpabiliser de rester à la maison pour travailler alors que je pourrai être en train d’explorer… j’essaie de me défaire de ce sentiment !

La semaine prochaine je quitte la Bosnie et je repasse en Croatie, ça sent doucement la fin du roadtrip…


Si vous avez aimé cet article vous pouvez l’épingler sur Pinterest :

Roadtrip dans les Balkans - Carnet de voyage 10