Roadtrip dans les Balkans – Carnet de voyage 4

Hello la compagnie ! Déjà le quatrième carnet de voyage de ce roadtrip un peu fou mais génial ! Je crois que chaque semaine je vais débuter mes articles par « déjà le (insérer le chiffre) carnet de voyage, je n’ai rien vu passer ». Mais c’est vrai ! Le temps passe à une vitesse folle. Tellement que ces derniers temps, je vérifie au moins deux fois dans la journée quel jour on est. Je n’arrive plus à suivre.

Alors cette semaine a été consacrée à Belgrade. Comme je le disais, j’ai décidé de passer 10 jours sur place pour avoir le temps d’explorer mais aussi de travailler un peu plus.

Comme d’hab, rien de nouveau : il a fait chaud, mais pas toute la semaine. En fait jeudi, j’ai même dû mettre … un pull ! Nan mais s’il vous plait, un pull. Cette chose que je n’avais pas sortie de mon sac depuis 1 mois (pile !). Du coup je m’en suis tenue à mon emploi du temps : partir explorer la ville le matin, et revenir sur les coups de midi quand la chaleur arrivait à son zénith. Comme je le disais à Mila et Denni que j’ai rencontré vendredi (cf plus bas) j’ai visité Belgrade par petits bouts et c’était très bien comme ça !

Roadtrip dans les Balkans Carnet de voyage 4 (Belgrade, Zica, Kraljevo)

Alors … retour sur la semaine

Lundi, il a fait encore plus de 30°C pour changer. J’ai décidé d’aller prendre mon petit déjeuner dans le Bohemian Quarter qui est mon endroit préféré à Belgrade, je crois l’avoir déjà dit d’ailleurs. Puis je me suis baladée un peu au hasard et je suis tombée sur un parc un peu en hauteur par rapport à la ville. Et en regardant devant moi, j’ai enfin compris comment j’allais vous résumer Belgrade en une photo. Si vous regardez, vous voyez un mélange de neuf et d’ancien (voire de décrépis), de joli et de moins joli, de couleur et de gris. C’est exactement comme ça que j’ai senti Belgrade. Bien sûr je le redis, j’ai beaucoup aimé cette ville. Mais … comment vous dire ? Vous voyez par exemple Séville dont j’ai chanté les louanges ici ? Eh bien pour moi, là bas, TOUS les bâtiments étaient beaux, TOUT était merveilleux à mes yeux.

À Belgrade il faut être honnête, tout n’est pas forcément beau. Il y a des vieux immeubles qui n’ont pas de charme, qui sont même moches. Y’a des barres d’immeubles dans certains coins qui n’envoient pas du rêve. Et puis, de l’autre côté du pont, il y a le nouveau Belgrade, celui qui se veut moderne, à grands renforts de grattes ciels (il n’y en a pas encore beaucoup mais bon). Et entre tout ça, il y a des bâtiments moins vieux ou mieux entretenus. Des bâtiments avec une jolie architecture, de jolis détails. Des statues, des parcs, des fontaines.

Belgrade, c’est un grand mélange de styles et c’est très chouette comme ça !

Belgrade, Serbie

L’orage libérateur

Ah punaise on l’aura attendu cet orage ! La chaleur semblait me suivre depuis l’Italie et comme je le disais sur Instagram, depuis presqu’un mois, je n’avais pas vu la température descendre sous les 30°C (et pas moins de 26°C la nuit). Alors quand lundi soir le vent s’est levé, j’ai failli faire la danse de la pluie. Et l’orage est arrivé, la température a chuté d’une quinzaine de degrés en quelques minutes, et tout a pété. Punaise que ça a fait du bien ! Ca n’a pas duré longtemps mais c’était bien violent !

Le reste de la semaine

Mardi, du coup, il a continué à pleuvoir le matin. Tant pis, ça a été grasse mat’ pour moi, un peu de travail, et une balade en fin d’aprèm dans la fraîcheur. J’ai rejoins un autre free walking tour en pensant qu’il serait différent du premier que j’avais fait à mon arrivée… mais en fait non, on a visité les mêmes endroits, tant pis ! C’était chouette quand même et j’ai eu une surprise de taille. Je n’ai pas encore parlé de l’Ecosse par ici, mais j’y étais en 2016, à Edimbourg. J’avais une colocation en ville, dans un immeuble. Et devinez qui était dans ce même free walking tour ? Un mec qui vivait dans le même immeuble ! C’est fou non ? Le monde est vraiment petit !

Belgrade, Serbie

Belgrade, Serbie

Republic Square Belgrade, Serbie

Mercredi, j’ai décidé de retourner à la forteresse de Belgrade et de l’explorer plus en détails car elle fait partie d’un immense parc que je n’avais fait qu’effleurer. C’est un chouette endroit à voir, pour se promener quand il fait beau, s’assoir sur un banc à l’ombre, regarder passer les gens, admirer la vue…

Forteresse de Belgrade, Serbie

Forteresse de Belgrade, Serbie

Forteresse de Belgrade, Serbie

Jeudi, ça a été un peu un jour sans, car je ne savais pas trop quoi faire de moi même ahah ! J’ai eu le sentiment de m’être baladée un peu partout à Belgrade, du coup j’ai arrêté de jouer à la touriste et j’ai joué à la locale. Je suis allée dans mon café préféré pour travailler. C’était chouette, ça m’a fait passer quelques heures. En plus il pleuvait un peu donc c’était agréable de regarder les gouttes tomber sur les rues pavées. Purée j’deviens poète.

Café, Bohemian Quarter, Belgrade, Serbie

La magie d’Instagram

Ah, et jeudi, aussi, j’ai eu un commentaire sous une de mes photos sur Instagram. Il émanait d’une certaine Mila, que je ne connaissais ni en vrai ni sur Instagram. Elle me disait qu’elle était à Belgrade elle aussi avec son copain, et qu’ils aimaient beaucoup la ville. De fil en aiguille on s’est dit que vu qu’on y était en même temps, pourquoi ne pas se retrouver quelque part ?

Et donc vendredi, rendez-vous a été pris avec Mila et Denni à Ada Ciganlija une « île » sur la Sava accessible via un pont. Eh ben c’était hyper sympa ! Franchement j’adore les rencontres « impromptues » comme celle-ci quand le courant passe immédiatement sans se forcer. Mila et Denni se sont lancés dans un tour d’Europe (voire plus si affinités !) en vélo. Incroyable non ? Je suis admirative et, je l’avoue, un peu envieuse, bien que je sois consciente de mes capacités physiques limitées (donc c’est très peu probable que je me lance dans un truc comme ça un jour !!). Ce qu’ils m’ont raconté avait l’air vraiment super ! Et ce qui est génial c’est qu’ils ont plein de projets en tête pour la suite de leur aventure et de leur vie (pro, perso, mais bon eh j’vais pas tout vous dire, c’est pas Closer ici ! Allez les lire et vous saurez tout en temps voulu 😉 )

Je ne sais pas si on se recroisera quelque part un jour, mais je l’espère. J’ai passé un excellent moment en leur compagnie !

Ada Ciganlija, Belgrade, Serbie

Bye Bye Belgrade

Et puis samedi, ça a été le départ de Belgrade, après 10 jours de bons et loyaux services. Je n’en reviens pas que cela fasse déjà 10 jours, je n’ai absolument RIEN vu passer (oui, je me répète). Je suis partie en direction de Kraljevo, en fait à quelques kilomètres de cette ville, dans la cambrousse. Encore, ouais, je crois que depuis la Croatie j’aime bien ça ! J’ai adoré parcourir cette route. Les 20 premiers kilomètres étaient sur autoroute, et le reste sur des petites routes, un peu comme nos nationales. Tout était vert, des champs, des arbres, des forêts à perte de vue. J’avais l’impression d’être entre la Nouvelle Zélande et l’Irlande (sans la mer) (et sans la pluie) (oh quoi, on rigole). J’ai traversé des petits villages, des villes un peu plus grandes. Et même, j’ose le parallèle improbable, des villes qui m’ont fait penser à certains endroits aux USA. Vous voyez, la route qui traverse l’artère principale d’une ville, bordée de motels, de magasins, de concessionnaires … ? Ben c’était ça. Ca m’a fait trop bizarre !

Et puis, au loin devant moi, il y avait ces montagnes et ces collines, et c’était tellement beau que j’ai cherché un endroit où m’arrêter en sécurité pour prendre une photo rapidement. « En sécurité », parce que même arrêté sur le bas-côté, je ne suis pas sûre que c’est très safe. Surtout depuis que j’ai vu, devant moi, sur une deux-voies, trois voitures les unes à côté des autres, qui tentaient de se doubler… Ah les gens !

Roadtrip entre Belgrade et Kraljevo, Serbie

Zica

C’est le nom de là où je vais rester 3 nuits. C’est joli, au milieu de la nature, avec vue sur les montagnes. Devant, derrière et sur les côtés j’ai le choix : une rivière, des moutons, des poules, des coqs… de temps en temps un tracteur qui passe. La campagne quoi. Après 10 jours à Belgrade c’est reposant !

Zica, Kraljevo, Serbie

Zica, Kraljevo, Serbie

Zica, Kraljevo, Serbie

Dimanche, je suis allée au monastère, c’est à peu près le seul truc à voir dans ce village. C’était petit mais joli, j’ai bien aimé. Encore une fois, comme à Belgrade, j’ai été impressionnée par le respect que les orthodoxes ont pour leur religion et la façon dont ils la pratiquent !

Monastère de Zica, Kraljevo, Serbie

Monastère de Zica, Kraljevo, Serbie

Monastère de Zica, Kraljevo, Serbie

Ensuite vu qu’à Zica il n’y avait strictement rien à part des maisons et un marché, j’ai repris la voiture et à 6 km, il y a Kraljevo. La « grande » ville du coin. Eh bien, c’était pas mal ! La balade le long de la rivière Ibar avec les montagnes en fond, c’était plutôt beau.

Kraljevo, Serbie

Kraljevo, Serbie

La pensée de la semaine !

Ouais je sais, les 3 premiers carnets de voyage se sont terminés sur une pensée hyper philosophique qui vous a été présentée par moi-même. Et ce n’était même pas fait exprès ! C’était des sujets liés au voyage, abordés lors de discussions avec des gens rencontrés sur la route. Et cela me semblait intéressant de vous en faire part. En espérant que vous ne vous êtes pas endormi en route.

En commençant à rédiger ce carnet de voyage, je me suis dit « tiens, ça va être quoi mon blabla cette fois ? ». Et puis j’en ai pas trouvé. Et comme c’est un blog de voyage et pas de philo / développement / pensée positive ou quoi ou qu’est-ce, je n’ai pas spécialement cherché un sujet. Jusqu’à vendredi où j’ai appris que quelqu’un que je connais venait de perdre brutalement sa maman. Ca m’a choqué, vous l’imaginez, et encore, je ne la connaissais pas cette dame. Sa fille, que je connais, n’est pas une amie proche mais on s’est déjà croisées une ou deux fois, et on s’apprécie.

Rassurez-vous je ne vais pas vous faire un grand discours sur la vie, la mort, tout ça. Mais étant en roadtrip pour trois mois, donc loin de mes proches, ça m’a touché différemment, j’ai l’impression, que si j’avais eu ma propre mère pas trop loin de moi. Et cela a bizarrement fait écho à ce qui s’est passé en mars dernier, quand j’étais au Portugal et que j’ai appris la mort d’une de mes anciennes coloc (en Ecosse, justement) dans un accident de la route. Elle avait 23 ans et ça m’avait pas mal secouée aussi, pendant quelques jours.

Ne remets pas (toujours) à demain

En gros ce que j’essaie de dire très très maladroitement c’est que la vie peut s’arrêter demain (bon j’espère pas, mais bon). Ca peut être la nôtre, comme celle des gens qu’on aime, alors sérieusement les gens, vivez pleinement. Profitez de vos proches, dites aux gens que vous aimez que vous les aimez (j’avoue, ça, moi, j’y arrive pas, faut que je travaille ma pudeur).

Allez voir vos potes même quand vous avez la flemme, même s’il pleut, même si vous vous levez tôt le lendemain. Mangez ce putain de chocolat, finissez ce verre (mais ne conduisez pas !). Faites ce voyage dont vous rêvez. Ne remettez pas à plus tard, y’aura ptêt pas de « plus tard » !

J’espère que vous ne pensez pas que cette fin d’article sonne un peu « dramatique » parce que ce n’est pas le but recherché. J’ai envie de faire passer plein d’espoir et de dynamisme. Mais bon si vous insistez, je change la fin en : bougez-vous les fesses bordel !

A dimanche prochain !


Si vous avez aimé, vous pouvez épingler !

Roadtrip dans les Balkans Carnet de voyage 4 (Belgrade, Zica, Kraljevo)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer