Deux mois au Portugal : qu’est-ce que ça m’a apporté ?

2 mois au Portugal: le bilan

Quand j’ai décidé d’aller passer l’hiver au Portugal, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre : j’avais déjà été à Lisbonne en weekend mais à part ça, je ne connaissais rien du pays. Je ne savais même pas pourquoi j’avais décidé d’aller là bas. Bon ça, c’est pas nouveau, je fonctionne souvent comme ça. Parfois j’entends un truc, je vois une photo, un reportage à la télé et je me dis « c’est décidé, j’y vais ! ». Le Portugal je sais pas trop comment c’est venu, Sagres non plus d’ailleurs. Le fait de trouver un airbnb libre dans mes dates et dans mon budget y a été pour beaucoup, ceci dit.

Comme je l’avais dit dans cet article, après quelques semaines à tourner en rond, j’ai décidé de changer d’air, et comme souvent, je l’ai décidé sur un coup de tête. Les joies du freelance qui permet de pouvoir bouger facilement !

Une fois le logement trouvé, il a fallu organiser le roadtrip, parce que descendre au sud du Portugal d’une traite, c’était trop long pour moi toute seule. J’ai donc coupé mon chemin en 3, avec un arrêt chez ma soeur (elle a déménagé dans le sud-ouest, c’est pratique aha), un arrêt à Salamanque, et enfin Sagres.

Pourquoi Salamanque ?

Au risque de me répéter, je l’ai décidé au hasard : entre chez ma soeur et Sagres il y avait 12 heures de route, j’ai donc coupé en deux, et c’est tombé sur Salamanque. Honnêtement, en Espagne, c’est pas la première ville que j’aurai visité. Mais après tout pourquoi pas ? J’aime bien aller dans des endroits moins connus, moins fréquentés, et il se trouve que Salamanque répondait à ces critères.

J’y ai vécu un petit moment WTF en me retrouvant seule dans un hôtel sans même le personnel. Ca fait bizarre mais c’était marrant (si si je vous jure même si beaucoup d’entre vous ont un peu flippé quand j’ai raconté ça sur Instagram et sur Facebook !).

Mais revenons-en à nos moutons :

Deux mois au Portugal : le bilan

Si je pouvais vous le dire en deux mots ce serait : aucun regret. En même temps je ne regrette jamais vraiment un voyage haha! Mais ça a été une super expérience, sur le plan perso et pro voire même… développement personnel (coucou Lucie). Celle-là, je ne m’y attendais pas ! Comme quoi tout arrive…

Sur le plan perso

C’est simple, j’ai rencontré de nouvelles personnes que j’ai kiffé ! Zara, la propriétaire de l’airnbn où j’ai logé, est une personne absolument géniale (et je ne dis pas ça pour avoir une réduction la prochaine fois que je viens !). Dès le premier jour, le courant est passé entre nous, et on s’est super bien entendu durant ces 2 mois. C’est marrant d’ailleurs car au premier abord nous sommes très différentes mais c’est peut-être vrai que les contraires s’attirent.

Vu qu’on était dans une grande maison, il y avait d’autres personnes qui louaient les autres chambres. S. a été une jolie rencontre, même si elle n’est pas restée longtemps. D’autres personnes sont passées très rapidement, on s’est tout de même bien entendues, on a bien ri, on a fait des sorties roadtrip ensemble, on a appris à vivre ensemble. Pas toujours simple quand on n’a pas le même âge, quand on ne vient pas du même pays, quand on n’a pas les mêmes habitudes, mais c’était très enrichissant, moi j’ai kiffé tous les jours.

Où dormir à Sagres : Sagres Zen House, Algarve, Portugal

Le slow travel

Evidemment en 2 mois j’ai eu le temps de me poser dans la région. C’est différent des voyages-éclairs, d’un weekend ou d’une semaine. Cela permet d’approfondir les choses, d’en voir plus, de prendre plus le temps et je crois que je préfère ce genre de « slow travel » (vise l’expression à la mode). Et quelle belle région !! Ok il y a eu quelques jours de pluie, mais rien comparé à ce que la région parisienne a pris cet hiver (bon normal, c’est l’hiver en même temps).

La plupart des jours étaient venteux mais ensoleillés, les fleurs du printemps étaient de sortie fin janvier. J’ai pris des coups de soleil en février. J’ai sauté dans l’eau en février (pour en ressortir aussi vite, c’est l’océan Atlantique hein quand même).

En parlant d’océan, je l’ai vu tous les jours vu que j’habitais juste à côté et maintenant ça me manque de ne plus l’avoir.

Le style de vie me manque aussi. Ca doit être un truc du Portugal de prendre le temps de vivre, de ne pas toujours courir. De dire bonjour et de discuter avec son voisin. Et de conduire comme des tarés mdr !

Miradouro do Castelejo, Algarve, Portugal

Praia do Castelejo, Algarve, Portugal

Silves, Algarve, Portugal

Lagos, Algarve, Portugal

Carvoeiro, Algarve, Portugal

Furnas, Algarve, Portugal

Praia das Tres Castelos, Portimão, Algarve, Portugal

Sur le plan pro

Je me suis (dé)construit de nouvelles habitudes de travail. J’ai appris à être plus efficace, à l’être différemment. J’ai appris en regardant les autres autour de moi qu’il y avait plein de façons de faire. Et j’ai eu la confirmation que c’était possible ! Je le savais déjà … mais une piqûre de rappel ne fait jamais de mal ! Travailler en voyageant ? C’est possible, à condition de voyager lentement.

A la maison, on était presque tou(te)s des « digital nomad », des « freelance », des « gens qui travaillent à distance et qui n’ont besoin que d’une connexion internet ».

Je n’étais donc pas une extraterrestre 😉 j’en avais eu la confirmation en Ecosse, mais en France ce n’est pas très « dans les cases », et vous savez ce que c’est quand on ne rentre pas dans les cases. J’ai appris à passer au-dessus mais y’a des jours où c’est plus facile que d’autres !

Bref, en tout cas, si j’avais encore besoin d’une confirmation, vivre « comme ça » c’est bien ce qui me correspond pour le moment. Alors on continue à fond !

Coworking space, Sagres, Portugal

Passer plusieurs semaines au Portugal : je valide

Au Portugal et plus particulièrement en Algarve, d’ailleurs. Je sais que tout le monde n’est pas adepte du « voyager lentement » : quand on n’a pas beaucoup de vacances pendant l’année, on préfère souvent essayer d’en voir le maximum en moins de temps. J’étais pareil, jusqu’à ce que je décide de prendre mon temps. C’est facile à dire dans mon cas ! Mais pour être tout à fait honnête avec vous, même si j’étais toujours salariée, je pense que je passerais mes 2 ou 3 semaines de congés à tester le slow travel. Pourquoi pas vous ?

Surtout que le Portugal, l’Algarve, c’est une région magnifique qui mérite d’être découverte. Et pourquoi courir pour la découvrir alors que c’est la version portugaise de la dolce vita ?

Si vous êtes freelance, si vous n’avez besoin que d’un ordinateur et d’internet pour travailler, alors je vous recommande d’aller vous poser dans ce petit coin de paradis pendant quelques semaines. Je suis sûre que cela vous plaira !

Et n’oubliez pas : Si vous voulez réserver votre premier Airbnb, vous avez 35€ de réduction grâce à mon lien !


Sauvegardez cet article sur Pinterest:

2 mois au Portugal: le bilan