Chère Zurich,

Lettre à Zurich : pourquoi ça n'a pas été le coup de foudre

Toi et moi, ça n’a pas été l’amour au premier regard. Pourtant, Thalia, une copine belge néerlandophone expat chez toi rencontrée quelques jours plus tôt à Locarno m’avait vanté tes mérites ; j’ai donc commencé ma visite sous les meilleurs auspices.

Route vers Zurich, Suisse

Route vers Zurich, Suisse

En plus la route était superbe

J’ai commencé par explorer ta Banhofstrasse, et je n’y ai vu que des magasins, les uns après les autres. Pas mon style, trop « shopping », trop « commun », des enseignes que je trouve partout, rien de typique, j’aurai pu être dans n’importe quelle ville européenne. En plus il faisait froid ! Ouais, je sais, c’est un détail, mais.

Arrivée au bord de l’eau, j’ai aperçu au loin les contours de quelque chose que j’allais sûrement apprécier : des bâtiments plus vieux, des pierres, enfin un peu d’histoire !

Vue sur la vieille ville, Zurich, Suisse

Le temps était toujours aussi couvert, les photos étaient un peu grises, mais c’est pas grave, ça donne un style.
Enfin, je suis arrivée dans les ruelles et j’ai emprunté le pont Rathausbrücke. Parce que attention, la vieille ville est sur les deux cotés de la rive ! Là, on est dans ce que j’aime : des petites ruelles, un peu étroites, un peu secrètes, ponctuées de magasins de marques connues (on est toujours chez toi, Zurich!) et de petits commerces locaux. On m’avait recommandé le Travel Book Shop, pour son choix de beaux livres et de cartes, mais … il était fermé. En revanche à côté, il y avait un comics shop avec non seulement des BD mais aussi des mangas : mon univers ! Mais ils étaient en allemand : fail.

Vue sur la vieille ville, Zurich, Suisse

Vue sur la vieille ville, Zurich, Suisse

Vue sur la vieille ville, Zurich, Suisse

Je suis aussi tombée sur une chocolaterie, mais les prix m’ont fait un peu peur… il faudra bien que je saute le pas à un moment, j’ai promis à quelques personnes de leur en ramener. Heureusement, je comptais sur la suite de mon séjour dans une ville bien différente de toi pour en trouver.

Bref, tout ça pour te dire : ta vieille ville est top !

Vue sur la vieille ville, Zurich, Suisse

Zurich, Suisse

Vue sur la vieille ville, Zurich, Suisse

Vue sur la vieille ville, Zurich, Suisse

Vue sur la vieille ville, Zurich, Suisse

Après ça, j’ai marché jusqu’à Bellevue, dont on m’avait également dit du bien, mais encore une fois, je n’ai pas été conquise, j’ai dû rater un truc. Je me suis juste posée au bord de l’eau pour me reposer cinq minutes et pour penser à ce que j’allais faire ensuite : l’université ? Il parait que c’est sympa. Alors j’ai pris le tram, et quelques minutes plus tard (donc j’aurais pu marcher, je ne savais pas), je me suis retrouvée au milieu de centaines d’étudiants qui allaient et venaient sur le campus. J’ai un peu tourné en rond pour trouver le bâtiment principal, même si je ne suis pas sûre que celui que j’ai photographié était le bon. En revanche, il y avait une petite vue sympa, comme on était en hauteur, mais les étudiants ne la regardaient même plus, ils devaient être trop habitués à la voir !

Après ça, je suis retournée à l’auberge pour me préparer à la sortie du soir. Je devais retrouver deux copines, Thalia et Jasmin, rencontrés à Locarno, dans l’auberge de jeunesse où j’étais : on partageait la même chambre. J’ai commencé par bavarder avec Thalia, qui a une histoire très atypique et amusante. Malgré son jeune âge, elle a pas mal voyagé, même beaucoup, s’est expatriée plusieurs fois, parle plusieurs langues, et vit à Zurich. Quand elle a su que j’allais venir, elle m’a dit qu’on devait absolument manger ensemble après son travail. Juste après son départ j’ai fait la connaissance de Jasmin, une jeune femme de mon âge originaire d’Allemagne, expatriée à Lucerne. Lorsqu’elle m’a dit que ce n’était pas très loin en train de Zurich, je lui ai proposé de se joindre à nous, et elle a accepté. C’est la magie des auberges de jeunesse !

Thalia a choisi de nous emmener à Heidi Tell, un truc de burgers sur Banhofenge (tram 7, 8, 9). C’est juste à côté du Starbucks. Bien sûr les prix sont suisses, pour un « Heidi » et un soda, j’en ai eu pour 20 francs. En revanche c’était très bon ! Je sais que c’est un peu bizarre de venir chez toi pour aller manger un burger mais ceux-là en valaient vraiment la peine. En plus il y avait une bonne ambiance dans le restaurant ce qui ne gâche rien. C’est aussi ce soir-là que j’ai appris que l’auberge dans laquelle je logeais n’était même pas située dans Zurich même, c’est comme si j’étais juste en-dehors mais collée quand même. D’où la nécessité de sans cesse prendre le tram si je voulais me déplacer jusque dans ton centre-ville. Ca m’a rassurée, quelque part, parce que je dois avouer que si le quartier où est situé l’auberge est bien sous tous rapports (pas craignos, pas sale, bien quoi), il ne casse pas non plus trois pattes à un canard (et là je viens de placer 2 expressions des années 80 à la suite, on applaudit merci).

Heidi Tell, burger, Zurich, Suisse

Parc à Zurich, Suisse

Le fameux parc qui ne casse pas des briques (encore une !)

Bref, tout ça pour te dire Zurich, que je ne te déteste pas, mais que parfois, quand je lis des articles de blogueurs qui t’ont kiffée, je me demande à côté de quoi je suis passée. En même temps, tous les goûts sont dans la nature, on peut aimer des endroits que personne d’autre n’aime, et vice versa. C’est pas grave, c’est pas ta faute ni la mienne. Mais je reviendrai peut être, parce que c’est sûr que je reviendrai en Suisse, et si Thalia est toujours chez toi, j’irai lui faire un petit coucou.


Pratique

Pour dormir : j’ai réservé deux nuits au Zurich Youth Hostel (49 CHF la nuit) et j’ai dû payer 7 CHF de plus par jour pour le parking. (je suis passée par Booking)

Pour manger : Le petit déjeuner était inclus mais les repas en plus coûtaient 20 CHF environ, donc j’ai préféré aller à l’épicerie. Le hic c’est qu’il n’y a pas de cuisine, donc il faut se contenter de repas sur le pouce ou aller manger au resto.

Resto testé : Heidi Tell, un truc de burgers sur Banhofenge (tram 7, 8, 9). Aller en Suisse pour manger des burgers c’est bizarre mais c’était très bon ! 😉 (et puis c’était du fromage suisse donc ça passe !)


Epinglez cet article sur Pinterest

Lettre à Zurich : pourquoi ça n'a pas été le coup de foudre