Conduire en Slovénie

J’ai trouvé plutôt facile de conduire en Slovénie. C’est drôle d’ailleurs, mais quand on passe dans un nouveau pays, on a tendance à faire vraiment très attention à tout. Bien sûr, je le faisais déjà en France, mais je n’ai pas cette petite pression supplémentaire que procure l’inconnu. Au lieu de conduire au maximum de la vitesse autorisée, je suis 5 à 10 km/h en-dessous, je vérifie mille fois avant de faire une manoeuvre… mais en Slovénie, je me suis vite dé-stressée (ça si dit comme ça ?) car je n’ai pas eu de difficulté particulière.

Conduire en Slovénie Tous les #conseils pour #conduire en #Slovénie * * #roadtrip #roadtripslovenie

Voici tous mes conseils pour conduire en Slovénie

La vitesse

La vitesse est comme suit :

  • Agglomérations : 50 km/h
  • Routes régionales : 90 km/h
  • Voies rapides : 110 km/h
  • Autoroutes : 130 km/h

Le code

Comme dans tous les pays européens où j’ai conduit (et même aux Etats-Unis, d’ailleurs), le code est le même. Vous ne tomberez pas sur des panneaux inconnus. Donc au niveau des priorités, des sens interdits, des directions, des stops… tout est pareil.

Attention, les feux de croisement sont obligatoires tout le temps !

Au niveau des équipements obligatoires, vous devez avoir un triangle de signalisation, un gilet réfléchissant, un kit complet d’ampoules de rechange et une trousse de premiers secours.

Ljubljana, Slovénie

Lecture des panneaux

En Slovénie, l’alphabet est le même. Lire les noms des villes, des lieux touristiques ne sera donc pas un problème. Comme « chez nous », les lieux touristiques (villages, châteaux, etc…) sont indiqués par des panneaux marrons.

Les autoroutes sont indiquées sur des panneaux verts, et les routes sur des panneaux bleus, au contraire de nous.

Se garer

– Zone blanche (en ville) : durée maximale de stationnement, 2 heures. Vous devez payer et mettre le ticket en évidence.

– Zone bleue (en ville) : vous devez mettre un ticket, mais il est gratuit et la durée de stationnement est de 30 minutes maximum.

La vignette

En Slovénie, il n’y a pas de péage, en revanche vous auez besoin d’acheter une vignette pour circuler. Pour ma part, je l’ai achetée au moment du passage à la douane. Attention, ils ne prenennt pas la carte, donc ayez du cash !

Lorsque j’ai repassé la frontière en provenance de la Croatie, je n’ai pas pu acheter la vignette dans la station avant la douane. La douane n’en avait pas non plus, et j’ai dû m’arrêter à la première station service, quelques kilomètres plus loin, pour en trouver. Normalement, vous pourrez en trouver également dans les stations-services des autoroutes des pays limitrophes (Italie, Croatie et Autriche) donc si vous le pouvez, n’attendez pas le dernier moment.

La vignette est absolument obligatoire pour circuler sur les autoroutes, voies rapides et le périphérique de Ljubljana. Tous les véhicules de moins de 3,5 tonnes et les deux-roues doivent l’avoir sur le pare-brise. L’amende est salée si vous êtes contrôlé sans : entre 300 et 800€.

Le prix de la vignette

Vous pouvez tous les prix sur ce site web.

Lac de Bled, Slovénie

Les slovènes sur la route

J’ai trouvé qu’il était très facile de conduire en Slovénie grâce au calme des slovènes au volant. L’autoroute n’était pas très fréquentée même autour de la capitale Ljubljana. En ville, c’était pareil : j’ai conduit un petit peu dans la capitale pour rejoindre l’auberge. Comme je le disais plus haut, conduire dans un autre pays met une petite pression supplémentaire. Si les grands axes ont été simples à parcourir, une ville inconnue c’est autre chose. Mais franchement Ljubljana c’est tran-quille. Pas de klaxons impatients, de gens qui forcent le passage. Les gens respectent le code, s’arrêtent pour laisser passer les piétons… bref, quand on connait son code, c’est hyper facile !

J’ai parfois entendu que les slovènes étaient « dangereux » au volant. Franchement… cela n’a pas été mon expérience. A l’aller comme au retour, je ne me suis pas sentie en danger, pas autant qu’en Albanie par exemple !

L’état des routes

Je n’ai bien sûr pas fait le tour de toutes les routes slovènes, mais de ce que j’ai vu, l’état des routes est tout à fait satisfaisant. Que ce soit sur les autoroutes, les routes ou en ville, tout était en parfait état !

Le passage de la frontière

Lors de mon roadtrip dans les Balkans, j’ai passé plusieurs frontières en 3 mois. Certaines ont été plus simples que d’autres, plus longues… Je suis entrée en Slovénie par l’Italie (Trieste). Et il n’y avait absolument personne à la douane, j’étais la seule voiture. Est-ce que j’ai eu de la chance ? Est-ce que c’est plus fréquenté d’habitude ? Aucune idée.
Quant au douanier, il a été vraiment très sympa avec moi. Il ne parlait que 2 mots d’anglais mais ce n’est pas grave, on a très bien réussi à se comprendre.

Idem au retour, en venant de Croatie. C’était un peu plus long car il y avait du monde, mais tout s’est super bien passé !


Pour partager l’article sur Pinterest :

Conduire en Slovénie Tous les #conseils pour #conduire en #Slovénie * * #roadtrip #roadtripslovenie