Carnets de voyage – Janvier 2018

Alors là, ce mois de janvier 2018 a été … hum. Chargé, mais pas en nombre de voyages. J’ai été débordée, j’ai dû ralentir parce que mon corps m’a rappelé qu’il existait, j’ai déprimé (pas longtemps hein, genre 15 minutes), j’ai beaucoup réfléchi … je vais essayer de rendre tout ça intéressant pour vous, je ne voudrais pas que vous partiez en courant ! Alors sans plus attendre … Janvier en quelques mots !

Carnets de voyage - Janvier 2018

Derniers jours en France

Si vous avez lu mon carnet de décembre, vous avez dû voir que j’étais en France pour les fêtes. Ca s’est fait un peu en dernière minute, entre la date de mes débuts dans mon nouveau boulot et l’obtention de mon passeport à l’ambassade de Londres.

Juste après le nouvel an, ma super-copine-du-sud-que-j’adore a profité d’une promo pour sauter dans un TGV  pour venir jusqu’à Paris passer 2 petits jours avec moi. C’était court mais bon. Deux jours comme on les aime : on avait prévu d’aller boire juste un café, on y est resté 8 heures. On a parlé. Parlé. Parlé. Parlé. De pleeeeiiiinnnn de choses ! Et franchement ça m’a fait du bien. Nous partageons les mêmes intérêts, qui vont de la géopolitique aux Pokémon, et ça fait du bien d’en parler de vive voix en passant du coq à l’âne, ailleurs que sur messenger.

#Starbucks, #Châtelet, #Paris

Le soir, nous avons dormi chez mes parents, et après un petit dîner, nous nous sommes affrontés tous les 4 dans des parties endiablées de Uno (NOTRE jeu culte) puis de trivia Harry Potter. Parfois je me dis que j’aimerais avoir des journées comme ça tous les jours, mais on n’apprécierait plus les bons moments non ?

Harry Potter Trivia ** #HarryPotter

Retour à Liverpool

Quelques jours après le départ de M., c’est moi qui suis partie, retour à Liverpool le samedi 6 janvier. Je commençais à travailler le lundi. Vous dire que je suis revenu en courant ce serait mentir. Mais je ne suis pas revenue à reculons non plus ! En fait je ne sais pas trop comment je suis revenue, mais me voilà. Et lundi matin, j’ai tenté d’aller travailler avec le sourire. Mouarf. En fait j’étais pas si contente que ça.

Premiers jours de travail

Je travaille donc pour Lufthansa, au service client. Au début, il a fallu suivre une formation. Au début, je trouvais ça intéressant, j’ai appris plein de trucs. En plus, la vue depuis la salle était belle. On avait vue sur le fleuve.

A la fin de la formation, soit 15 jours après, j’avais hâte de passer « en vrai ». Si j’avais su… je me suis retrouvée les 3 premiers jours totalement livrée à moi-même, sans personne pour me prêter main-forte. A part mon voisin de bureau, mais ce n’était pas son rôle de m’aider alors qu’il avait son propre travail à faire quoi. Vous me direz, j’ai été formée, j’aurai pu me débrouiller. Ouais, bah non. Passer de la théorie à la pratique, c’était plus compliqué que ce que vous pensez.

Et ce que je n’ai pas trop compris, c’est que les 2 autres nouvelles, formées en même temps que moi, bénéficiaient d’un support total de leur côté. Heureusement que je ne suis pas d’un naturel jaloux aha.

En plus j’ai chopé la crève

Je ne sais plus quand était la dernière fois que j’ai été malade comme ça, mais il a fallu que ça tombe pile le jour où on passait de la formation au « vrai » boulot. Déjà que je ramais, mais là mon cerveau n’imprimait même plus. Du mercredi au vendredi, je me suis vraiment demandée comment j’allais tenir : vertiges, sommeil agité, toux, nez et oreilles bouchés, courbatures, il ne manquait plus que la fièvre. Je n’ai jamais attendu un weekend plus que ce dernier weekend de janvier !

Toujours freelance

Même si le mois de janvier marque le retour dans un boulot à plein temps (mais temporaire) je n’en oublie pas que je suis aussi freelance et blogueuse. Certes j’ai moins de commandes car je prospecte moins, mais j’en ai quand même quelques unes à honorer et des articles à écrire. Cela demande une toute nouvelle organisation qui a mis quelques jours à se rôder… et une petite discipline. Que voulez-vous, écrire reste mon premier « amour » et cet univers est ma bulle. Je ne suis pas prête à laisser tomber même si cela demande de faire des heures supplémentaires dans ma journée. Heureusement que je n’ai pas de gosses…

La grand différence entre le freelance et le salariat, c’est bien sûr l’organisation du travail. Quand je travaillais toute seule, je pouvais m’organiser et faire les horaires que je voulais. Ce n’est plus le cas, et il a fallu faire le deuil de mon indépendance (lol). Je commence et termine à des heures précises. Et quand je suis malade, je ne peux pas travailler depuis mon canapé ou sous ma couette. Nan, je me lève, je me prépare, je prends le bus, comme tout le monde. Ca ne m’avait pas manqué !

Un peu d’administratif (ouais !)

Quand je suis arrivée à Liverpool je n’ai pas trouvé utile d’ouvrir un compte en banque, préférant garder et utiliser celui que j’avais déjà. Je ne savais pas combien de temps j’allais rester, et en plus j’avais la flemme. Bon, je ne sais toujours pas combien de temps je vais rester mais pour me faire payer, il me fallait un compte en banque UK. Alors les gens on ne va pas se mentir : on dit que l’administration française est chiante, mais essayez d’ouvrir un compte en banque en Angleterre, ahah !

Je me suis déjà demandée si je n’allais pas ouvrir une banque en ligne, mais je peux être très old school sur certains trucs donc je n’ai pas encore sauté le pas. Cette aventure m’y a encouragée en tout cas !

Le point météo du mois

Depuis que je suis arrivée, je répète à qui veut l’entendre : « naaaan mais sérieux, l’année dernière je passais l’hiver au Portugal et cette année je vais m’exiler dans le nord de l’Angleterre, mais quelle idée ». Si je vous ai déjà sorti cette phrase plusieurs fois : désolée. Ca vient tout seul. Mais vraiment, venir ici pour quelqu’un qui n’aime ni la pluie ni le froid…

Allez soyons honnête : cette météo est chiante, c’est en partie à cause d’elle que je me retrouve malade en cette fin de mois. Mais ce n’est pas non plus la Sibérie.

En revanche, qu’est-ce que ça souffle dans cette ville. C’est peut-être parce qu’on est au bord de l’eau. Comme au Portugal (comme quoi). Parfois, quand je marche dans la rue, les bourrasques me font dévier de ma trajectoire, mes collègues m’ont conseillé de mettre des cailloux dans mes poches !

You’ll always be special to me, special to me, to me

Le 15 janvier une partie de mon adolescence est partie avec la mort de Dolores O’Riordan, la chanteuse des Cranberries. J’ai eu un méchant choc en apprenant la nouvelle sur Twitter ! Je les avais vus en 2017 à l’Olympia lors de ce qui est maintenant leur dernière tournée, j’ai eu beaucoup de chance, qui aurait pu prévoir ? J’avais justement dit à M. « Les Cranbrerries sur scène, ça déchire de malade, le prochain concert on y va ensemble! ». Je suis triste, aussi étrange que cela paraisse pour quelqu’un que je ne connaissais pas. Plus tard des rumeurs ont dit qu’elle avait mis fin à ses jours. Cela me rend encore plus triste.

Les Cranberries à l'Olympia, Paris, 2017

Un peu de culture

Je ne prends jamais de bonnes résolutions en début d’année, c’est pas mon délire. Mais vers la mi-janvier j’ai discuté avec une copine sur twitter (coucou Axelle) : sa résolution, pour se sortir la tête du boulot, est de faire une activité de plein air ou culturelle par weekend. J’ai trouvé ça cool comme idée, donc je lui ai piquée. J’ai commencé par aller au Museum of Liverpool, toute seule, avec moi-même. J’ai adoré ! J’ai pris tout mon temps pour tout regarder, tout lire, et j’ai appris plein de trucs. Je vais vous avouer un truc : Liverpool commençait à me sortir par les yeux. Le mauvais temps, la formation qui commençait à me soûler, la fatigue (je commence à 9h, c’est pas si terrible, mais je n’avais pas eu d’horaires à respecter depuis plus de 2 ans – chacun ses problèmes hein). J’avais déjà dit quelques fois qu’en plus, cette ville n’était même pas la plus belle du monde donc bon… je commençais à me faire chier, pour être tout à fait claire.

Eh bien cette petite sortie au musée m’a fait un peu changer ma vision de la ville !

Museum of Liverpool ** #Liverpool

Museum of Liverpool ** #Liverpool

Museum of Liverpool ** #Liverpool

Museum of Liverpool ** #Liverpool

Malheureusement le weekend suivant c’était celui où j’étais en train de mourir, donc je n’ai rien pu faire. Mais rendez-vous est pris pour ceux d’après !

Et côté lecture ?

Un de mes livres préférés de ce mois-ci ça a été Sapiens de Yuval Noah Harari. Ce livre aborde des sujets qui me passionnent : histoire, histoire des religions, géopolitique, de l’humanité, évolution de l’Homme… j’ai eu du mal à décrocher, ce livre est absolument brillant (même si parfois c’est déprimant). Je n’ai qu’une hâte : lire la suite, Homo Deus !

Voilà un mois de janvier avec beaucoup de blabla et peu de photos, mais je n’ai pas eu beaucoup de matière… on verra en février, j’espère !


Epinglez cet article sur Pinterest :

Carnets de voyage - Janvier 2018