Type and press Enter.

4 trucs pour manger en roadtrip

Dans la préparation d’un roadtrip, que ce soit pour 3 semaines ou pour 3 mois (ou 3 ans, soyons fous), il y a une question qui finit par se poser, voir par inquiéter. Qu’est-ce qu’on va manger ? Ou plutôt, « Comment » on va se nourrir ?

Pour être totalement honnête, c’est une question qui ne m’a pas vraiment tracassée. Je savais que je n’allais pas passer plusieurs mois des endroits isolés en auto-suffisance et qu’il serait facile soit de s’arrêter pour manger, soit d’acheter / de préparer des trucs à l’avance pour manger sur la route.

J’ai donc décidé de compiler les astuces que j’ai apprises au fur et à mesure. Avec un peu d’organisation, vous n’aurez plus à vous inquiéter!

Non, vous n'allez pas mourir de faim en voyage ! Voici quelques conseils pour bien se préparer, surtout si vous prévoyez de partir loin de la civilisation. * * * #Roadtrip

1. Faire le plein dans les villes.

Aux USA ou surtout en Nouvelle-Zélande, même si je passais parfois plusieurs jours sans croiser une épicerie, j’ai toujours fini par retomber sur une ville. Il y avait soit un supermarché, soit une petite épicerie locale. Il me suffisait de m’y arrêter pour faire le plein de produits non-périssables (eau, pâtes, nouilles chinoises, conserves… voir ci-dessous pour le détail de ce qu’il faut acheter… ou pas !)

De plus, dans quasiment toutes les villes, vous aurez des chances de tomber sur des marchés où vous pourrez acheter des produits frais, souvent à bon prix.

2. Un sac isotherme pour conserver la nourriture

C’est vrai qu’une glacière, c’est mieux pour conserver le frais (yaourt, viande, fromage…) sur le long terme. Mais j’ai renoncé, car se réapprovisionner en glaçons peut s’avérer compliqué à certains endroits. Et puis, je ne voulais pas me prendre la tête (à part aux USA où c’est assez facile de trouver de la glace dans les magasins voire dans les motels).

Le truc avec ce genre de sac isotherme, c’est qu’il ne faut pas trop acheter pour pouvoir consommer avant que les denrées ne périssent. Bien-sûr, cela dépend de l’endroit où vous êtes, de la saison, du climat …

Sac isotherme roadtrip

En hiver

Pas de souci de conservation.

En « climat tempéré »

Pour les produits très frais type yaourts, vous ne devez pas sur-stocker. Vous devrez les consommer le jour même voire le lendemain. Veillez à bien ranger ce sac en l’isolant au maximum. Par exemple, je m’arrangeais pour le planquer sous les sièges, à l’abris des rayons directs du soleil. Si vous êtes en van équipé d’un lit, mettez-le en dessous de celui-ci.
En revanche, si vous devez faire des provisions pour une étape de plusieurs jours loin de tout, laissez tomber les produits très frais et rabattez-vous sur les classiques : riz, pâtes, conserves…

En climat caniculaire

Laissez tomber les yaourts, la viande, le fromage… ça ne tiendra pas. Restez sur les classiques cités ci-dessus ! Dans les Balkans, je me suis tapé des températures de parfois plus de 40°C. Inutile de vous dire qu’à part de l’eau et un paquet de pâtes, je ne transportais rien ! L’astuce avec l’eau, c’est que je la mettais toute la nuit au congélateur pour en faire un glaçon géant. Elle restait ainsi fraiche plus longtemps.

Et si vous avez « THE » van, ou un camping-car, vous aurez peut-être un frigo. Dans ces cas-là, vous aurez des repas de gala un peu plus souvent.

Dernier point : si vous prévoyez de dormir en auberge (« backpacker »), vous aurez alors accès aux frigos ! Enfin, normalement les auberges ont une cuisine et des frigos. Le contraire est rare, mais ça arrive… renseignez-vous à l’avance si c’est important pour vous. Si vous vous y arrêtez plusieurs jours pour visiter la ville, vous pourrez stocker jus de fruits, lait, et autres produits frais sans souci. Cela vous permettra de prendre vos petits déjeuners et cuisiner sur place pour ne pas exploser votre budget-repas.

The Lazy Dolphin, Nouvelle Zélande

L’auberge The Lazy Dolphin, Nouvelle-Zélande

3. Le réchaud à gaz

Clairement, si vous faites le même genre de roadtrip que mon dernier aux USA (San Francisco-Seattle) vous n’en aurez pas besoin. Vous trouverez toujours une ville / un motel / une auberge et ne serez pas isolé en pleine nature au milieu de nulle part.
En revanche, si vous traversez l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, il peut être pratique d’avoir un réchaud pour vous concocter vos petits repas en pleine nature!

En général, un réchaud fonctionne avec une canette de gaz. Faites un stock si vous prévoyez de ne pas croiser de ville pendant plusieurs jours. La plupart n’ont qu’une seule plaque, ce n’est donc pas fait pour Top Chef. Mais ce sera très bien pour faire cuire vos pâtes, votre riz, vos haricots en boîte, etc…

4. Quelques petits trucs en plus

Barbecues et feux de camp

Aux USA ou en Nouvelle Zélande vous pourrez les trouver en bord de mer ou de lacs, ou dans certains parcs nationaux. Ils sont parfois payants (c’est très peu cher) et c’est plutôt agréable !

Quant au feu de camp, faites attention, vérifiez que c’est légal à l’endroit où vous êtes. Veillez à ce que toutes les braises soient éteintes avant de partir (noyez-le et recouvrez-le de sable ou de terre).

Soirée feu de camp Madison Wisconsin

Soirée feu de camp, Madison, Wisconsin

Attention à l’eau également

Faites des réserves suivant votre itinéraire, la saison, les conditions climatiques…
Stocker pour une journée dans la Death Valley ou stocker pour deux semaines de traversée du désert australien, ce n’est pas du tout la même chose !

Vous avez un coffre, profitez-en et prévoyez large au niveau des packs d’eau, vous n’en aurez jamais trop.
Astuce : les nouilles chinoises requièrent moins d’eau pour la cuisson (juste un fond) que les pâtes normales. Pensez-y et comptez bien !

Healthy? On  va essayer!

Malheureusement si vous êtes en roadtrip aux USA, vous découvrirez qu’on peut manger pour pas cher dans une dizaine de chaînes de burgers différents. Ne vous laissez pas avoir trop souvent… c’est vrai que l’immensité du pays va vous conduire à parfois conduire énormément. Alors s’arrêter, faire une pause, et s’assoir dans un fast food, ça permet d’avoir un repas pas cher et rapide. Mais ce n’est pas ce qu’il y a de meilleur pour vous 😉 (bon en même temps, je ne suis pas l’exemple-type de la fille qui se nourrit super bien au quotidien… mais y’a un minimum tout de même).

Panneau food sur la route

On croise ce genre de panneaux tout le temps sur les routes américaines !

#Bonus: Exemples de repas-types

Voici quelques exemples concrets de ce que vous pouvez manger à chaque repas. Bien sûr cette liste n’est pas exhaustive, mais vous pouvez vous inspirer de tout ça.

Petit déjeuner :

  • Céréales (muesli) ; si vous ne pouvez pas vous passer de lait, misez sur le lait en poudre à ajouter à un peu d’eau. Non seulement ça se conserve bien mieux, mais en plus ça prend moins de place.
  • Un jour j’ai rencontré des gens motivés : ils faisaient des crêpes sur leur réchaud pour terminer les œufs et le lait avant que cela ne périme. C’est vrai qu’une fois de temps en temps, c’est bon pour le moral et ça change du quotidien.
  • Si vous êtes en ville et que c’est un jour de marché, vous pourrez en profiter pour acheter quelques fruits et légumes pour vos prochains repas. C’est peu onéreux, c’est local, c’est bon… c’est le bon plan parfait ! Vous pourrez même trouver des repas chauds ou froids, déjà prêts, à emporter. Il ne vous restera plus qu’à trouver l’endroit parfait pour le déguster.

Marché, Wellington, Nouvelle Zélande

Marché de Wellington, Nouvelle-Zélande

Déjeuner :

  • Au milieu de nulle part, vous pouvez faire simple. Confectionner un sandwich avec du pain de mie, du fromage, du thon… terminer par un fruit ou un yaourt.
  • Les nouilles chinoises (choisissez celles qui sont assaisonnées, comme ça vous avez tout sous la main). Les jours fastes, vous pouvez utiliser votre réchaud pour cuire quelques légumes en accompagnement.
  • Le riz, les pâtes… avec soit une sauce en conserve, soit une boite de tomates concassées déjà assaisonées. Le tour est joué ! Vous pouvez rajouter aussi un œuf dans vos pâtes ou votre riz : une bonne dose d’énergie avant une rando ou pour recharger les batteries quand le petit déjeuner paraît bien loin.
  • Les haricots (beans) en boîte : rien de tel pour bien caler l’estomac !
  • Avant de partir d’un backpacker, je me préparais souvent une salade de pâtes-tomates-carrés de gruyère-et ce que vous voulez (œuf, thon, etc…) à mettre dans un tupperware, le tout dans le sac isotherme et bien planqué à l’abri du soleil. A consommer le midi-même, bien sûr.

Le dîner :

  • Les fameuses nouilles chinoises, le riz ou les pâtes cités plus haut.
  • Si vous êtes en backpacker ce soir-là, ou en camping équippé d’une cuisine commune : vous pouvez améliorer un peu en cuisinant les légumes, en les utilisant pour la sauce des pâtes ou juste comme ça, en les faisant revenir à la poêle.
  • Vous pouvez, si vous décidez de vous faire plaisir lors d’un arrêt en ville, aller acheter quelques ingrédients à l’épicerie du coin et vous lancer dans une préparation plus élaborée. Un peu comme ce couple en Nouvelle Zélande que j’ai vu se cuisiner une quiche lorraine de A à Z, pâte comprise.
  • Enfin, bien sûr, si vous êtes en ville (ou tout autre endroit non désertique), vous pouvez décider d’aller dîner dehors, pour une fois. Il existe des tas d’endroits pas chers, et ça fait du bien parfois de ne pas avoir à cuisiner, de s’assoir et de se laisser servir, même si c’est juste dans la pizzéria du coin !
  • Pour compléter le point suivant : parfois, il suffit de manger « local » pour que ce soit bien plus abordable. Par exemple, j’aime beaucoup le fish and chips, et à certains endroits en Nouvelle-Zélande (en bord de mer !) on peut s’en sortir pour 2 dollars. Au dîner, ou pour une pause-déjeuner au soleil, c’est royal !

Les chips, les biscuits

Je sais, grignoter c’est mal. Je ne vous cacherai pas que je suis une grosse grignoteuse, en roadtrip ou pas d’ailleurs. Mais justement, au volant, il est toujours agréable d’avoir un petit paquet de gâteaux ou de chips (ça dépend de l’heure ou de l’envie) pour caler les petits creux, se redonner un petit coup de fouet… Je vous recommande vivement d’en avoir sous la main !

Route entre Los Angeles et San Diego

5 semaines de roadtrip aux USA, et plusieurs paquets d’Oréos 😉

J’espère que cet article vous aura été utile. N’hésitez pas à le partager si vous connaissez quelqu’un qui prépare un roadtrip !


Epinglez cet article sur Pinterest

Non, vous n'allez pas mourir de faim en voyage ! Voici quelques conseils pour bien se préparer, surtout si vous prévoyez de partir loin de la civilisation. * * * #Roadtrip

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

12 comments

  1. Hello Stéphanie ! manger c’est important même si, comme tu le dis, il n’y a plus vraiment d’endroit où nous sommes longtemps sans pouvoir se ravitailler… Dans un autre contexte, celui des Chemins de Compostelle, mon repas favori était pain et saucisson sec (une vraie cure !) et le plus important est l’EAU !!! Lorsqu’il faisait froid, pouvoir se faire une boisson chaude ou une soupe était très réconfortant !

    1. Tout à fait d’accord avec toi !

  2. C’est vrai que depuis que je suis ton blog, je ne me suis jamais posé la question de la nourriture… Comme tu le dis si bien, c’est juste une question d’organisation et ce n’est pas forcément le plus indispensable à planifier vu l’offre que l’on trouve sur la route; Ca me fait tout de même sourire cette histoire de centres commerciaux au milieu de nulle part. C’est quand même génial!

    1. Ah ben… c’est l’Amérique 😀

  3. Merci pour cet article, la nourriture c’est effectivement souvent un challenge quand on voyage, je confirme ! Manger à la bonne heure, correctement, ne pas manger tout le temps au restaurant pour ne pas se ruiner, mais en même temps ne pas manger que des sandwiches et essayer de de manger un peu équilibrer… tout un programme quand on est sur la route !

    1. Salut Julien,
      C’est vrai, mais c’est juste une petite organisation à avoir, et du bon sens. Et comme j’aime à le répéter : inutile de se prendre trop la tête, au début on galère un peu mais on prend vite ses repères 🙂

  4. Haha çà critique les fast-food mais derrière çà mange du nutella, hérétique !!!
    C’est vrai que les fast food sur la route la bas, c’est vraiment pas cher et en quantité, çà n’a rien a voir avec la France.
    Sinon çà n’existe pas des voitures avec frigos intégrés?
    J’ai le souvenir d’une renault avec un petit frigo entre les chaises avant…

    1. Ahaha ! Et tu sais quoi …. JE MANGE DU FAST FOOD 😛 (bon, une fois tous les 3 mois, on peut pas dire que ce soit une habitude ahaha)
      Pour ce genre de voiture… mmmh je ne sais pas, mais je sais que si tu te payes un bon van (ou un camping car) tu peux en effet avoir un frigo intégré, et ça c’est le summum de la classe. Sauf pour ton compte en banque.

  5. […] La leçon de ce chapitre c’est : attention, on ne se lance pas à l’assaut du désert sans préparation… ça aurait pu mal finir, il a vraiment un ange gardien […]

  6. […] déjà écrit un article sur la nourriture en roadtrip. J’avais notamment dit qu’il était inutile de sur-stocker, mais cela ne veut pas dire […]

  7. Super cet article ! Franchement le pire et le meilleur en road trip, c’est que ta voiture devient ton garde-manger… Du coup, t’as de la nourriture partout et aussi tu grignotes tout le temps. Manger des M&M’s pendant que tu roules avec la musique à fond, c’est la base !!! ;o)

    1. MDR !!! M’en parle pas, avec ma copine Gaëlle on a carburé aux Oréos pendant 5 semaines, avec Agathe c’était les cookies chocolat blanc / macadamia pendant 3 semaines ! Heureusement qu’avec la marche qu’on fait on se déculpabilise un peu ahaha !
      Quant à la playlist, tu as vu sur Instagram que c’est en effet la-base 😀